Le député Ammar Houry a appelé à l’élaboration d’une définition claire du concept de résistance face à l’état hébreu, estimant qu' »il faut détacher les concepts d’armes des armes de la Résistance ».

S’exprimant sur les ondes de la VDL, le parlementaire du Courant du Futur a accusé le Hezbollah d’être à l’origine des incidents du 7 mai 2008 entre sympathisants de l’opposition et majorité de l’époque. Ammar Houry a estimé que « les mêmes armes » sont à l’origine de la chute du gouvernement Saad Hariri et de la nomination de Nagib Mikati.

Le député a démenti les accusations portées par l’actuelle majorité contre la coalition sortante du 14 Mars, au sujet d’une possible mise sous tutelle internationale du Liban sous le chapitre VII des Nations Unis suite au refus de 4 ministres de coopérer avec le TSL.

« Nous ne serons jamais les instruments aux mains de puissances étrangères », réplique Ammar Houry, estimant que le Liban se doit d’appliquer ses obligations internationales, accusant les ministres Ziad Baroud, Ghazi Aridi, Charbel Nahhas et Gébran Bassil de ne pas avoir transmis les informations demandées par le procureur de la cour Daniel Bellemare, à la demande du secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah.

« Qu’ils décident de coopérer ou non, cela ne remettra ou ne fera pas progresser le travail du Tribunal », conclu-t-il.