Bahaa Hariri fait un premier pas vers une possible candidature pour les élections législatives

517

Le frère ainé de l’ancien premier ministre Saad Hariri a fait un premier pas vers l’annonce d’une possible candidature via une déclaration vidéo publiée sur son compte Twitter.

Bahaa Hariri s’était déjà fait connaitre par le passé en ayant adopté des positions plus marquées à l’égard du Hezbollah, s’alignant sur le positionnement politique de l’Arabie saoudite. Ce positionnement avait cependant été marqué par la crainte de voir la scène politique devenir plus tendue.

Côté de l’ancien premier ministre Saad Hariri, des proches indiquent qu’il se trouverait actuellement aux Émirats Arabes Unis et qu’il lui serait interdit par les pays arabes d’évoquer un possible retour en politique pour l’heure.

Celui-ci indique qu’il poursuivra “le chemin du Premier ministre martyr Rafic Hariri et toute désinformation ou intimidation par le vide au niveau de n’importe quelle composante de la société libanaise ne sert que les ennemis de la nation, donc encore moins l’intimidation avec un vide dans la plus grande secte du Liban à laquelle j’ai l’honneur d’appartenir.”

Il annonce son refus d’abandonner ses responsabilités indiquant mettre “ses capacités au service de la rennaissance du Liban”

“La petite famille du martyr Rafic Hariri, ainsi que sa grande famille, ne se sont pas, ne se désintégreront pas, et avec partenariat et solidarité, nous mènerons la bataille pour récupérer la patrie et restaurer la souveraineté du pays de ses occupants (…) et nous continuerons ce que nous avons appris de mon père, c’est que nous sommes un peuple de modération et non d’extrémisme, de reconstruction et non d’effondrement, de citoyenneté non de discrimination, de souveraineté non de dépendance, et du peuple de la profondeur arabe”, conclu le fils de l’ancien premier ministre Rafic Hariri, considéré comme un proche, contrairement à son frère au prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane et ayant adopté, ces dernières années, un positionnement très critique à l’égard du Hezbollah, s’alignant ainsi sur les positions de l’Arabie Saoudite.

Cette annonce pourrait préfigurer une nouvelle alliance soutenue par l’Arabie Saoudite qui a mis en place une commission au sein de son ambassade même à Beyrouth afin d’examiner la candidature des personnalités sunnites désirant participer aux élections législatives de mai prochain. Il s’agit d’accorder ou non un parrainnage officiel du royaume à ces personnalités qui leur serait demandé d’avoir une vision politique compatible avec celles de l’Arabie Saoudite notamment dans son bras-de-fer avec l’Iran et le Hezbollah.

Par ailleurs, les autorités saoudiennes chercheraient à favoriser une alliance électorale de ces candidats “Riyad Approved” avec les Forces Libanaises de Samir Geagea qui a déjà tenté de se rapprocher avec l’électorat sunnite du courant du futur et le dirigeant druze Walid Joumblatt avec en ligne de mire également les élections présidentielles pour le dirigeant des Forces Libanaises.

A la clé, ils souhaiteraient obtenir 10 à 15 députés chrétiens et entre 20 et 25 députés sunnites qui leur serait totalement favorables.

Cependant, la rue sunnite montrerait des signes de rebellion contre ce plan, beaucoup de sympathisants de l’ancien premier ministre Saad Hariri estimant que Samir Geagea avait trahi ce dernier. Ils rappellent également que Samir Geagea reste reconnu coupable de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rachid Karamé, un crime pour lequel il n’a été qu’amnistié.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.