Alors que la livre libanaise s’est effondrée aujourd’hui à son plus bas historique depuis les années 1990, de nombreuses routes sont fermées ce soir par les manifestants.

Il s’agit notamment du cas de Saïfi qui a été ensuite rouverte au trafic routier ou de la route de la cité sportive à Beyrouth, de Taalabaya et de Jdita dans la Békaa et de Tripoli Al Mina, Minieh et de Beddawi dans le nord. 2 blessés sont à déplorer à Tripoli suite à l’intervention de l’Armée Libanaise qui a dû faire usage de gaz lacrymogènes.

À Jounieh, un rassemblement a lieu à Adonis- Zouk Mosbeh

Au sud de la capitale, le trafic est interrompu au niveau de Jiyeh.

Les manifestants dénoncent la détérioration de la situation économique qui continue à se détériorer, ou encore le transfert d’importantes sommes à l’étranger. Aussi, le possible paiement des obligations libanaises est dans le viseur des manifestants qui entendent à ce que les autorités libanaises refusent de les honorer.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.