Le point de passage de Masnaa à la frontière entre le Liban et Israël. Crédit Photo: Libnanews.com
Majdal Aanjar

Alors que la contrebande depuis le Liban vers la Syrie est monnaie courante en raison des écarts de prix entre marchandise subventionnée au Liban par les réserves monétaires de la Banque du Liban, le quotidien Shark al Awsat évoque un phénomène contraire, celui de la contrebande de médicaments syriens vers le Liban.

Le président du conseil de l’ordre des pharmaciens, Joe Salloum a ainsi évoqué l’entrée illégale de médicaments syriens au Liban, même si généralement, il s’agit du contraire qui se déroule.

Toujours selon le quotidien, une unité du renseignement de l’armée libanaise aurait ainsi intercepté du matériel destiné à fabriquer des drogues à destination de la Syrie mais également, plus étonnant, des médicaments de fabrication étrange!re dont du Botox en usage dans les cliniques esthétiques qui étaient, eux, destinés à être acheminés en Syrie via le passage illégal de Qoussaya Ra’it.

Pour rappel, si désormais les subventions ont été levés pour de nombreux médicaments au Liban, le Botox a été longtemps subventionné par l’utilisation des réserves de la Banque du Liban, jusqu’à la levée de ces subventions au début de l’année. Elles ne concernent désormais plus que les médicaments destinés à soigner les maladies chroniques ou encore les patients souffrant de cancers.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.