Des discussions auraient actuellement lieu entre le premier ministre sortant Najib Mikati, les Forces Libanaises et le PSP, annoncent le quotidien Al Akhbar. Les Forces Libanaises revendiqueraient notamment la moitié des portefeuilles attribués à la communauté chrétienne au sein du prochain cabinet, estimant que celui-ci pourrait devoir gérer les affaires courantes de nombreux mois faute d’une élection rapide du prochain président de la république en octobre prochain en raison des résultats des élections parlementaires amenant à une chambre fortement fragmentée.

Samir Geagea considère aussi, après avoir précédemment envisagé la nomination de l’ancien ambassadeur du Liban à l’ONU Nawaf Salam, que seul Mikati pourrait apparaitre comme le candidat sérieux capable de succéder à lui-même. Il bénéficierait aussi du soutien des Etats-Unis et de la France alors que l’Arabie saoudite ne serait pas opposée à cette nomination.

Des sources proches du quotidien Al Diyar notent que le Courant Patriotique Libre s’opposerait, de son côté, de source proche du premier ministre, à un retour de Najib Mikati au Grand Sérail. Ils conditionneraient un possible accord à la démission du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé et à la nomination d’un nouveau haut fonctionnaire à la tête de la banque centrale. Aussi, ils souhaiteraient obtenir le ministère des Affaires Etrangères, de l’électricité mais également de la justice et de l’environnement. Enfin, un tiers de blocage du prochain cabinet devrait revenir au CPL et à ses alliés en cas de vide présidentiel. Le CPL a cependant réfuté ce qu’il considère être des rumeurs.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.