Les autorités ont débuté ce samedi, la distribution des urnes électorales pour les élections du dimanche 6 mai. Crédit Photo: NNA
Les autorités ont débuté ce samedi, la distribution des urnes électorales pour les élections du dimanche 6 mai. Crédit Photo: NNA

L’Association LADE qui a surveillé le processus électoral de ce dimanche a publié un rapport préliminaire faisant état de nombreuses violations au code électoral, et même des intimidations et des pressions exercées par plusieurs partis politiques, dénonçant par ailleurs le laxisme des forces de l’ordre et du ministère de l’intérieur.

Selon les auteurs du rapport:

“Avec la fin de la dernière phase des élections législatives qui ont eu lieu hier le 15 mai dans tout le Liban, L’Association libanaise pour les Elections Démocratiques (LADE) a suivi dans les différentes étapes du scrutin, depuis le début des campagnes électorales et jusque dans les processus de dépouillement et de décompte des voix. Il est possible de parler de d’intimidations et de pressions au vu d’une application manifestement laxiste de la loi de la part du ministère de l’Intérieur et des Municipalités.

Bien que ces élections soient attendues depuis longtemps par les Libanais après une série de changements dramatiques dans le pays, qui a commencé avec la révolution d’octobre 2019, suivie de la crise économique et sociale sans précédent, notamment avec l’effondrement de le taux de change de la monnaie nationale, ce qui a été suivi et documenté tout au long de la longue journée électorale est décevant, vide de l’essence du processus démocratique.

Et si l’autorité politique, les partis prenantes de l’organisation et de la gestion des élections considéraient que le simple fait que ces élections aient eu lieu est un exploit en soi, le volume des violations qui ont été documentées lors de la dernière étape ne reflète pas la qualité des réalisations sur le terrain.

Il n’est pas possible de s’arrêter à l’échantillon de violations et d’infractions documentées par les observateurs de “LADE” qui seront détaillés

Parmi les infractions les plus dangereuses, la menace, les coups, la pression et l’escorte des représentants de nombreux partis puissants dans les différentes circonscriptions, en particulier celles dans lesquelles se trouvaient des candidats du « Hezbollah » et du mouvement Amal. Ces derniers ont contraint LADE à retirer ses observateurs de certains centres électoraux pour assurer leur sécurité personnelle.
 
“LADE” a noté “le laxisme du ministère de l’Intérieur et des Municipalités dans l’application de la loi, en ne dissuadant pas ces attaques contre ses observateurs, ainsi que les attaques contre les candidats et les listes concurrentes.

L’association a appelé plusieurs reprises le ministère de l’Intérieur à assurer la sécurité de ses observateurs, ainsi que la sécurité des électeurs et des délégués, en particulier dans les cas où les incidents se sont transformés en problèmes de sécurité, sans recevoir de réponse appropriée.

Les violations, que ce rapport examine en détail, ne se sont pas limitées à cet aspect , car des violations flagrantes du secret du vote ont été enregistrées tout au long de la journée électorale dans la plupart des circonscriptions, avec une intense campagne électorale et des pressions. Les électeurs, qui ont été suivis par des représentants de nombreux partis dès leur arrivée dans les bureaux de vote, et les ont dirigés. Des centaines de cas d’escorte jusqu’à l’isoloir ont été observées en plus de violations flagrantes du silence électoral.
 
Pendant le dépouillement dans les bureaux de vote, les violations se sont poursuivies à grande échelle, avec des délégués s’ingérant de manière flagrante dans le processus. Des vidéos ont été diffusées documentant certaines pratiques controversées, qui pourraient constituer un matériel pour contester les élections, à la lumière du chaos massif enregistré, en plus des coupures de courant.

Il est à noter que l’ambiance générale accompagnant le processus électoral a été entachée dès le début de nombreuses violations, qui ont été documentées par l’association à travers des rapports périodiques qu’elle a publié depuis le début de la campagnes, qui ont mis en lumière les violations qui ont été enregistrées, que ce soit au niveau du clientélisme politique, ou du discours politique incendiaire et sectaire, ainsi que l’usage d’influence par de nombreux partis politiques et officiels et autorités locales et l’incitation contre de nombreux candidats tout au long de la campagne électorale jusqu’au jour du scrutin d’hier.
 
L’association a également relevé “une faiblesse dans l’organisation du processus électoral en général, sur laquelle elle avait précédemment mis en garde après les élections du scrutin, qui a montré une méconnaissance de la loi électorale et du mécanisme de vote, de la part des autorités responsables pour l’organisation et la gestion du processus électoral, et cela s’est encore reflété lors de la longue journée électorale de dimanche.” . 
 
Le rapport présenté, “Un ensemble de violations documentées par les observateurs de l’association hier, avec un rappel de la méthodologie adoptée par Ladi dans la surveillance des élections, se présente comme suit :

Selon le rapport

Durant la longue journée électorale de dimanche, l’association a déployé plus de 1.100 observateurs, répartis entre les bureaux et bureaux de vote comme suit : 
– 302 observateurs constants et observateurs dans un échantillon représentatif de 16% du total des bureaux de vote au Liban, permettant pour surveiller les schémas d’irrégularités au niveau national. 
– 695 observateurs et observatrices couvrent le reste des bureaux de vote et bureaux de vote à travers des tours répétés. 
– 135 moniteurs et équipes de moniteurs de nuit sont dépistés pour suivre les performances des commissions d’inscription, à partir de 19h.

Le harcèlement des observateurs de l’association.

Les principaux harcèlements subis par les observateurs de l’association pendant la longue journée électorale :

La plupart des 31 moniteurs et observateurs des villages de Sidon ont été harcelés par des représentants des listes du Hezbollah et du mouvement Amal. 
La surveillance dans la zone grise de Tyr a été menacée par un représentant du mouvement Amal. 
Deux observateurs du mouvement Amal ont été menacés dans la région de Saksakiah et priés de partir. 
Un observateur de Kfar Melki – Sidon a été insulté et battu par un représentant du Hezbollah. 
Les observateurs ont été harcelés par les délégués du Hezbollah. 
Des observateurs ont été battus à Nabi Sheet par le Hezbollah à Baalbek. 
Des observateurs à Baadran – Chouf ont été harcelés par le chef du Qalam et du Parti socialiste progressiste. 
Un observateur à Mansourieh a été menacé par des représentants du parti des Forces libanaises. 
Une monitrice à Ramlia – Aley a été menacée par des représentants du Parti démocratique libanais et son téléphone a été confisqué.
De plus, lors du processus de filtrage, un certain nombre d’observateurs de l’association ont d’abord été empêchés d’assister par les forces de sécurité, en violation de la loi, avant que tout le monde ne puisse entrer après un certain temps.

Les violations les plus importantes et les plus visibles enregistrées au cours de la journée électorale 
Voici les violations les plus importantes et les plus visibles qui ont été enregistrées au cours de la journée électorale et sont détaillées dans les tableaux ci-joints : 
Violations et observations des opérations de dépouillement jusqu’à deux heures du matin après la fermeture des bureaux de vote, cinq observateurs ont été empêchés d’assister au dépouillement à l’intérieur des bureaux de vote dans la commission d’inscription primaire à Beyrouth. Ces observateurs étaient répartis comme suit : un observateur au centre de la municipalité de Haret Hreik – Al-Qalam 204, un observateur à l’école publique de Mazboud dans le Chouf – Al-Qalam 345, un observateur à l’école publique d’Al-Zararia – Al-Qalam 375, et deux observateurs au sein de la commission d’inscription au primaire supérieur. 
 
Dans l’un des bureaux de vote du premier district de Beyrouth, le dépouillement a eu lieu malgré la coupure de courant, malgré les promesses du ministère de l’Intérieur de sécuriser l’électricité dans tous les bureaux de vote.
Au bureau de vote n° 6 de l’école secondaire Al-Akhtal – Al-Bushrieh, un bulletin de vote officiel a été compté malgré le vote en dehors des bureaux de vote désignés. 
Dans le bureau de vote n°2 de Bint Jbeil, de nombreuses erreurs ont été commises dans le décompte des voix, et le juge a recompté. 
Et il y avait un embouteillage pour les chefs des enclos et le chaos devant l’entrée du Palais de Justice de Saida. 
Terminé, il y a eu un problème, une fermeture et un passage à tabac dans l’un des bureaux de vote de Bar

Problèmes logistiques 

Un retard dans l’ouverture de certains bureaux de vote ont été enregistrés.

Par exemple, un des bureaux de vote de Jbeil a été ouvert 45 minutes en retard, en raison de l’arrivée tardive du chef du bureau électoral, ce qui a provoqué le chaos. 
Une pénurie de fournitures a également été enregistrée dans un certain nombre de bureaux de vote. Il est remarquable qu’un certain nombre de bulletins de vote pour la circonscription de Bint Jbeil soient arrivés dans un bureau de vote de la circonscription de Jbeil. 

Des violations se sont répétées à toutes les étapes du scrutin, malgré toutes les plaintes, comme des isoloirs qui ne garantissait pas le secret du scrutin. 
Le processus de vote s’est arrêté dans plus d’un centre en raison de problèmes parfois, et d’un manque de bulletins de vote à d’autres moments.
Dans le cadre d’observations publiques, il a également été constaté que la plupart des centres n’étaient pas dotés de conditions facilitant le processus de vote des personnes ayant des besoins particuliers.

Publicité intense et rupture du silence électoral

Bien que la loi interdise toute campagne électorale à partir de minuit le vendredi, samedi précédant le scrutin dimanche, des violations massives du silence électoral enregistrées avant et pendant le jour du scrutin, par un certain nombre de candidats et de listes, mais aussi par un certain nombre d’hommes politiques. 
 
Les observateurs de l’association ont relevé “la présence d’une intense propagande électorale dans la plupart des bureaux de vote des différentes circonscriptions, à leur voisinage, et devant leurs grilles, avec une remarquable activité des machines électorales”. 

Pression sur les électeurs et violation du secret du scrutin

Une violation généralisée de l’article 95, quatrième alinéa (secret du scrutin) a été constatée. Il a également été enregistré dans toutes les régions libanaises que des délégués de liste ont escorté un grand nombre d’électeurs au fond du isolateur sous prétexte d’analphabétisme et de handicap, sans vérifier la nécessité du besoin d’escorte et sans consigner cet incident au procès-verbal. Dans un contexte connexe, des pressions sur les électeurs ont également été enregistrées par les machines électorales dans les bureaux de vote, les délégués faisant pression sur les électeurs dès leur arrivée, et “les chassant” à l’intérieur des bureaux de vote, en essayant de les diriger.

Concernant une violation fondamentale, un électeur a informé le coordinateur de “LADE” de Ain Enoub à Aley qu’il était empêché de voter car il avait déjà voté, sans même avoir voté. Il a montré au bureau de vote que il n’y avait pas d’encre sur son doigt.

Selon son témoignage, il avait présenté une demande de renouvellement de sa carte d’identité, et quand elle n’est pas arrivée à temps, il a renouvelé son passeport pour un jour pour voter.

L’électeur a signé un document pour concernant la violation flagrante du principe du secret du scrutin.

Par ailleurs, une circulaire publiée par le ministère de l’Intérieur devrait amener à annuler le vote de tous ceux qui ont photographié leur bulletin de vote, Il s’agit notamment du cas de Claudine Aoun Roukoz qui a partagé une photo de son bulletin de vote, révélant à qui elle a accordé son vote préférentiel, avant de le retourner et de le retirer de sa page Facebook.

Plusieurs problèmes de sécurité ont été enregistrés entre les représentants des candidats et les différentes machines électorales, allant jusqu’à agresser certains candidats et représentants de certaines listes, et dans un certain nombre de centres ont conduit à la suspension du processus de vote pendant un certain temps. 

Dans ce contexte, les observateurs de l’association ont documenté une attaque de partisans du Hezbollah et du mouvement Amal contre le candidat Wassef al-Haraka au bureau de vote de Burj al-Barajneh – Manshiyya, au milieu des slogans scandant « sioniste, sioniste ». 

Selon les observateurs de l’association, les représentants de la liste “Espoir et Loyauté” ont expulsé les représentants des Forces libanaises devant le bureau de vote de la ville d’Al-Kunya dans la Bekaa, à la suite d’un différend les opposant. 

Par ailleurs, l’observateur LADE du poste de la salle n°1 Qalam 72 de la deuxième école officielle de Ras Al-Nabeh, s’est plaint d’avoir été menacé par le mouvement Amal, selon lui. Des partisans du Hezbollah et du mouvement Amal ont également encerclé le centre de la liste “Ensemble pour le changement” à Ansar – Nabatiyeh, et ont attaqué le photographe du site Megaphone qui documentait des irrégularités dans le département. 

En outre, des attaques sporadiques ont eu lieu entre des partisans des Forces libanaises et du Courant patriotique libre à Jezzine et Zahlé.
 
En conclusion, “LADE” a souligne “l’importance des élections et la nécessité de préserver leur intégrité, et note que l’objectif de la surveillance (des élections) est de faire la lumière sur les éventuelles imperfections à éviter afin de protéger le processus démocratique en premier lieu. 

Tout en remerciant tous les observateurs et bénévoles qui ont contribué au succès du processus de surveillance, défiant tous les obstacles et difficultés, il engage l’opinion publique à continuer à travailler sur la même voie, et rendra son rapport final et détaillé sur les élections de 2022 dès que possible.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.