Ghajar: la FINUL n’a pas été informée par le report unilatéral du retrait décidé par Israël

39

La porte parole de la FINUL Andrea Tinenti a indiqué que les forces de la Paix n’ont pas été informé par les forces israéliennes par le report de tout retrait de leur troupe qui occupent la partie libanaise du village de Ghajar.

Pour rappel, la partie nord de cette localité, située à l’origine dans le Golan syrien et occupé depuis 1967, s’est étendue à la faveur de l’occupation israélienne du Sud Liban entre 1978 et 2000.  Les forces israéliennes se sont retirées en 2000 conformément à la résolution 425 du Conseil de Sécurité, pour revenir à la faveur du conflit israélo-libanais de juillet 2006.

Des sources militaires ont affirmé au site d’information israélien Ynet que Tel Aviv avait décidé du report de tout retrait pour ne pas donner “donner de cadeaux au gouvernement du Hezbollah,” allusion au gouvernement présidé par Nagib Mikati, estimant que ce retrait pourrait “aider les extrémistes.

Le représentant israélien avait également indiqué que la situation restera sur ce statut-quo jusqu’à la publication des actes d’accusations du TSL qui pourrait incriminer des membres du mouvement chiite, de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri.

La FINUL a également réitéré l’obligation israélienne de procéder au retrait de ces zones, conformément à la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU et rappelle que l’institution onusienne avait été informée par l’état hébreu de son acceptation de se retirer.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.