Le Premier Ministre s’est exprimé devant les Libanais après l’approbation du plan de sauvetage de l’économie.

Le premier ministre s’est félicité de l’adoption pour la première fois de son histoire d’un plan clair pour sortir de la crise économique, évoquant plus largement la lutte contre la corruption et le détournement de fonds publics et la détérioration de la parité de la livre libanaise face au dollar.

Nous avançons dans le bon sens pour sauver le pays de la crise financière. Ce par quoi le Liban passe n’est pas une circonstance ordinaire ou transitoire, estime le Premier Ministre qui avait précédemment accusé la corruption, décrite comme un état dans l’état, d’être à l’origine de la majorité des problèmes.

Ce gouvernement fait face à une réalité inconnue à tous les niveaux, et depuis le 17 octobre, il est devenu clair que le problème de la corruption est un État au sein de l’État
Hassan Diab, le 30 avril 2020.

Personne ne peut blâmer la population, estime le Premier Ministre, en faisant allusion aux manifestations qui se déroulent actuellement, mais personne ne peut accepter la destruction d’institutions par des manifestants.

Le Premier Ministre a également appelé la Banque du Liban à agir contre la détérioration de la valeur de la livre libanaise face au dollar, “parce qu’elle est responsable de la stabilité monétaire”.

Nous avons jusqu’à présent finalisé 14 projets de loi, mais une crise sociale pousse les Libanais à exprimer leur colère, notamment à la lumière des hausses de prix liées à la hausse du taux de change du dollar, qui doit être maîtrisée par mesures de la Banque centrale

Abordant la question de la relance de l’économie libanaise à l’issue de la crise liée au coronavirus, le Premier Ministre a estimé que les mesures ont épuisé “beaucoup de capacités”, allusion à l’impact économique des mesures de confinement. Cependant, il a estimé que l’action du gouvernement a été bénéfique. Hassan Diab n’a pas exclue la possibilité d’une 2ème vague plus étendue que la première vague qui a touché le Liban. Elle pourrait toucher jusqu’à 56% de la population estime le Premier Ministre. Il appelle par conséquent les libanais à la prudence sanitaire.

Sur les manifestations qui se sont déroulées, certaines auraient été organisées, accuse le premier ministre, pour détruire des propriétés publiques et “tordre l’image de certaines régions”. L’expression démocratique est une chose et les émeutes sont une chose différente qui n’a rien à faire avec la faim ou la démocratie, estime Hassan Diab.

Concernant le plan d’aide, le Premier Ministre indique qu’il s’agit de bâtir le Liban de demain et qu’il s’agira de faire appel à la coopération du Fonds Monétaire International.

Aujourd’hui, le Cabinet a adopté à l’unanimité le plan économique et financier qui mettra le Liban sur la bonne voie, et nous en avons discuté avec de nombreux experts, syndicats, représentants de divers secteurs et organismes de la société civile

J’appelle tous les libanais à considérer ce jour comme étant un tournant pour l’avenir de notre pays“, estime Hassan Diab qui appelle à l’application immédiate des réformes économiques décrites comme longtemps attendues.

Aussi, le plan vise à restructurer les secteurs bancaire et financiers pour stimuler l’économie et créer des emplois, note le premier ministre et s’étalera sur une période de 5 ans avec pour objectif la réduction des déficits publics et l’obtention d’un soutien étranger, en plus des fonds CEDRE

Le Liban recherchera une aide de la communauté internationale à hauteur de 10 milliards de dollars.

Ce plan vise à protéger l’argent des déposants et à soutenir les banques, tandis que la Banque centrale devrait se recentrer sur son devoir principal, qui est d’assurer la stabilité financière, monétaire et économique

Hassan Diab a évoqué la restructuration des secteurs bancaires et financiers, estimant que les forts taux d’intérêts attribués aux banques ont été faits au détriment de l’économie libanaise.

Le premier ministre a reconnu nécessaire la récupération des fonds volés “pour indemniser les Libanais pour le crime commis contre eux” comme étant prioritaire. Il a ainsi fait allusion à la récupération, outre des sommes versées via les forts taux d’intérêts, aux bénéfices liées aux opérations d’ingénierie financière de la Banque du Liban, allusion à l’allocation par la Banque du Liban de 24 milliards de dollars qui ont permis aux banques libanaises d’enregistrer des profits pour 16 milliards de dollars, et aux détournements de fonds publics.

Ce plan vise à réduire le déficit public à 5.6% et à permettre un retour à la croissance économique à partir de 2022.

Le discours du Premier Ministre

À venir

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Comments are closed.