Le premier ministre désigné Hassan Diab a pris à contre-pied la présence de la république indiquant rejeter la convocation urgente du conseil des ministres en vue trouver des solutions à la crise des carburants qui touche actuellement le pays des cèdres.

Pour rappel, plusieurs hôpitaux de la capitale ont annoncé même la fermeture de leur porte en raison du manque de fioul, alors que lale gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé a indiqué mettre fin aux subventions accordées aux carburants, provoquant ainsi la pénurie la plus grave.

Cette convocation est pourtant prévue par la constitution libanaise en cas de crise grave.

Pour éviter toute confusion, le Premier ministre intérimaire Hassan Diab s’en tient à sa position initiale de ne pas violer la constitution et donc de ne pas convoquer une réunion du Cabinet
Le communiqué du bureau du premier ministre Hassan Diab
Tweet

Le président de la république avait pourtant annoncé cette réunion en accord avec le premier ministre sortant Hassan Diab selon le communiqué publié.

Certaines sources indiquent que cette réunion visait à mettre à pied le gouverneur de la Banque du Liban pour son refus à accorder les lignes de crédit nécessaires au déchargement des carburants nécessaires aux services d’urgence, et cela contrairement à sa promesse d’assurer la poursuite du programme de subvention aux carburants jusqu’à la fin de l’été en contrepartie d’une augmentation de la parité utilisée dans le cadre de ce programme de 1507 LL/USD à 3900 LL/USD.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.