Le logo d'HRW
Le logo d'HRW

L’ONG Human Rights Watch a publié un nouveau rapport concernant l’évolution des droits de l’Homme dans le monde et au Liban. L’organisation estime que “les autorités libanaises corrompues et incompétentes ont délibérément” plongé le pays dans l’une des pires crises économiques des temps modernes, démontrant un mépris pour les droits de la population.

Elle appelle par conséquent la communauté internationale à utiliser “tous les outils à sa disposition pour faire pression sur les décideurs libanais afin qu’ils mettent en place les réformes nécessaires pour sortir le Liban de cette crise”.

Le texte du communiqué

La situation des droits humains au Liban s’est encore détériorée en 2021. Plus de 80 pour cent des habitants du pays n’avaient pas accès aux droits fondamentaux, notamment la santé, l’éducation et un niveau de vie adéquat, comme un logement convenable et l’électricité, selon les États-Unis. nations. La Banque mondiale a décrit la crise libanaise comme une « dépression délibérée », en raison de la mauvaise gestion des dirigeants libanais et du manque d’actions politiques efficaces, et l’a classée parmi les trois crises financières mondiales les plus graves depuis le milieu du XIXe siècle.

La livre libanaise a perdu 90 % de sa valeur depuis octobre 2019, érodant la capacité des gens à accéder aux biens de base, notamment la nourriture, l’eau, les soins de santé et l’éducation. Les pénuries de carburant ont provoqué des pannes d’électricité généralisées, pouvant durer jusqu’à 23 heures par jour, et les générateurs privés – une alternative coûteuse – n’ont pas été en mesure de combler le vide, laissant de grandes parties du pays dans l’obscurité pendant plusieurs heures par jour. Les hôpitaux, les écoles et les boulangeries ont du mal à fonctionner au milieu de ces pénuries d’énergie.

Le gouvernement libanais a supprimé ou diminué les subventions sur le carburant, le blé, les médicaments et d’autres produits de base, mais il n’a pas réussi à mettre en œuvre un programme de protection sociale adéquat pour protéger les résidents vulnérables de l’impact des fortes hausses de prix. Les communautés marginalisées, y compris les réfugiés, les personnes handicapées, les travailleurs migrants et les personnes LGBTQ, ont été touchées de manière disproportionnée.

Personne n’a encore été tenu pour responsable de l’explosion catastrophique dans le port de Beyrouth le 4 août 2020, qui a fait au moins 219 morts et dévasté la moitié de la ville.

Les forces de sécurité ont continué à recourir à une force excessive, voire mortelle, pour réprimer les manifestations, souvent en toute impunité.

Les femmes sont confrontées à une discrimination et à des violences systématiques en raison de la loi archaïque sur la nationalité et de plusieurs lois sur le statut personnel fondées sur la religion. Bien que le Liban ait criminalisé le harcèlement sexuel, la loi est en deçà des normes internationales.

Le 10 septembre, le Premier ministre Najib Mikati a formé un gouvernement, mettant fin au vide de 13 mois.

Explosion de Beyrouth

Après des décennies de mauvaise gestion gouvernementale et de corruption au port de Beyrouth, le 4 août 2020, l’une des plus grandes explosions non nucléaires de l’histoire a pulvérisé le port et endommagé plus de la moitié de la ville. L’explosion a résulté de la détonation de tonnes de nitrate d’ammonium, un composé chimique combustible couramment utilisé en agriculture comme engrais à haute teneur en nitrate, mais qui peut également être utilisé pour fabriquer des explosifs. L’explosion du port de Beyrouth a tué au moins 219 personnes, blessé 7 000 personnes et laissé des centaines d’handicapés permanents.

L’examen par Human Rights Watch de centaines de pages de documents officiels suggère fortement que certains responsables gouvernementaux étaient conscients de la catastrophe fatale que pouvait entraîner la présence de nitrate d’ammonium dans le port et ont tacitement accepté le risque pour la vie humaine. Cela équivaut à une violation du droit à la vie en vertu du droit international des droits de l’homme.

Les dirigeants libanais ont continué d’entraver et de retarder l’enquête nationale en cours, protégeant les responsables de haut niveau de toute responsabilité. En février 2021, un tribunal a démis de ses fonctions le juge désigné pour diriger l’enquête après que deux anciens ministres qu’il avait inculpés aient déposé plainte contre lui. Alors que le juge Tarek Bitar a été nommé un jour plus tard, l’establishment politique a également lancé une campagne contre lui après avoir demandé à être inculpé et convoqué pour interroger de hauts responsables politiques et de sécurité. En octobre, sept personnes ont été tuées et des dizaines de blessées après que des coups de feu ont éclaté lors d’une manifestation que le Hezbollah et ses alliés ont appelé au retrait de Bitar.

Human Rights Watch a également documenté une série de défauts procéduraux et systémiques dans l’enquête nationale qui la rendent incapable de rendre justice de manière crédible, notamment une ingérence politique flagrante, l’immunité des hauts responsables politiques, le manque de respect des normes d’un procès équitable et d’une procédure régulière. infractions.

Les familles des victimes et les groupes de défense des droits locaux et internationaux ont demandé une enquête internationale indépendante mandatée par le Conseil des droits de l’homme sur l’explosion de Beyrouth.

En décembre 2020, la Banque mondiale, les Nations Unies et l’Union européenne ont annoncé un modèle innovant de décaissement de l’aide au Liban à la suite de l’explosion de Beyrouth, le cadre de réforme, de redressement et de reconstruction (3RF), qui vise à décaisser directement aux fonds les groupes non gouvernementaux et les entreprises.

Crise financière et économique

La crise financière et économique du Liban est causée par les « réponses politiques délibérément inadéquates » des autorités libanaises, selon la Banque mondiale.

Entre juin 2019 et juin 2021, le taux d’inflation était de 281%. Les prix des denrées alimentaires à eux seuls ont augmenté de 550% entre août 2020 et août 2021. Pendant ce temps, la monnaie nationale a perdu 90% de sa valeur d’avant la crise, et les banques continuent d’imposer des restrictions arbitraires sur les retraits d’espèces.

En 2019, le gouvernement a décidé de subventionner des importations vitales, telles que le carburant, le blé et les médicaments. Mais en 2021, la banque centrale a manqué d’argent pour financer ces importations, provoquant de graves pénuries pour les résidents. Les pénuries de carburant ont causé des pannes d’électricité généralisées, pouvant durer jusqu’à 23 heures par jour. Les hôpitaux, les écoles et les boulangeries ont eu du mal à fonctionner au milieu de ces pénuries d’approvisionnement et d’électricité, et les résidents ont dû endurer des files d’attente de plusieurs heures pour les produits de première nécessité, tels que le carburant et le pain.

Les impacts de la crise sur les droits des habitants ont été catastrophiques et de courte durée. L’ONU estime qu’en mars 2021, 78 % de la population libanaise était dans la pauvreté, soit le triple du nombre estimé en 2020. Trente-six pour cent de la population vit dans l’extrême pauvreté, contre 8 % en 2019 et 23 % en 2020.

Le gouvernement libanais n’a pratiquement fourni aucun soutien aux familles qui luttent pour faire face à la crise économique, exacerbée par la pandémie de Covid-19, échouant un prêt de la Banque mondiale destiné à fournir une aide d’urgence aux Libanais vulnérables et retardant à plusieurs reprises un programme de carte de rationnement pour aider les familles à faire face à la levée des subsides.

Crise de la santé

La crise économique a eu un impact dévastateur sur le secteur de la santé. Les médicaments et les fournitures médicales, dont la plupart sont importés, sont rares, entraînant plusieurs décès dus au manque de médicaments et menaçant la vie de patients atteints de maladies, telles que le cancer. Les pénuries de carburant et d’électricité dans le pays ont poussé les hôpitaux à une “catastrophe imminente”, les hôpitaux étant fermés définitivement ou avertissant qu’ils seraient contraints de cesser leurs opérations, menaçant la vie de centaines de personnes.

La valeur des salaires des infirmières et des médecins a diminué rapidement, déclenchant un exode massif, faisant peser un lourd fardeau sur la main-d’œuvre restante. La pandémie de Covid-19 a également mis une pression supplémentaire sur un secteur de la santé déjà en crise. Les autorités libanaises ont fait preuve d’un mépris total pour la protection des travailleurs de la santé en première ligne de la pandémie.

Malgré les énormes pressions auxquelles sont confrontés les hôpitaux, le gouvernement ne débourse pas les milliards de dollars qu’il leur doit.

Une campagne nationale de vaccination a été déployée à la mi-février et, au 15 novembre, environ 30 % de la population avait été vaccinée contre le Covid-19. Cependant, le programme du gouvernement risque de laisser des groupes marginalisés, notamment des réfugiés et des travailleurs migrants.

Liberté de réunion et d’expression

Les manifestations antigouvernementales, qui ont commencé le 17 octobre 2019, se sont poursuivies dans un contexte de détérioration rapide de la situation économique et politique.

En janvier, les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont utilisé la force pour disperser des manifestations qui sont devenues violentes en raison de la détérioration rapide des conditions économiques, exacerbée par les mesures de verrouillage de Covid-19, dans l’une des villes les plus pauvres du Liban, Tripoli. Ils ont tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des balles réelles sur les manifestants, blessant des centaines de personnes et tuant un manifestant.

Les renseignements militaires ont fait disparaître de force et auraient torturé ceux qui participaient à ces manifestations. Le parquet militaire a inculpé au moins 35 des manifestants, dont deux enfants, de terrorisme devant les tribunaux militaires, ce qui est intrinsèquement injuste.

Les journalistes, les professionnels des médias et les critiques au Liban, en particulier de l’élite dirigeante et des partis politiques établis, sont de plus en plus menacés à la fois par des acteurs privés, les autorités ne voulant ou incapables de les protéger, et directement par les autorités, agissant souvent en toute impunité.

Lokman Slim, éminent intellectuel et critique du Hezbollah, a été assassiné en février par des assaillants non identifiés. Il n’y a eu aucun progrès significatif dans l’enquête.

Les droits des femmes

Les femmes continuent d’être victimes de discrimination en vertu de 15 lois distinctes sur le statut personnel fondées sur la religion. La discrimination comprend l’inégalité d’accès au divorce, à la garde des enfants, à l’héritage et aux droits de propriété. Contrairement aux hommes, les femmes libanaises ne peuvent pas transmettre leur nationalité à des maris et enfants étrangers.

En décembre 2020, le Parlement a adopté une loi criminalisant le harcèlement sexuel qui offre des protections importantes en faisant du harcèlement sexuel un crime et en décrivant les protections des dénonciateurs, mais la loi ne respecte pas les normes internationales, notamment le fait qu’il aurait dû chercher à lutter contre le harcèlement au travail par le biais du droit du travail, les lois sur la sécurité et la santé, et les lois sur l’égalité et la non-discrimination. Le Parlement a également modifié la loi sur la violence domestique pour étendre son champ d’application afin d’inclure la violence liée au mariage, mais pas nécessairement commise pendant, permettant aux femmes de demander la protection de leurs ex-maris. Mais il ne criminalise toujours pas le viol conjugal.

Travailleurs migrants

On estime que 250 000 travailleurs domestiques migrants, principalement originaires d’Éthiopie, des Philippines, du Bangladesh et du Sri Lanka, sont exclus des protections du droit du travail au Liban, et leur statut dans le pays est réglementé par le système restrictif de kafala (parrainage), qui lie les travailleurs migrants à la résidence de leur employeur.

Les abus contre les travailleurs domestiques migrants ont augmenté au milieu de la crise économique libanaise et de la pandémie de Covid-19, notamment des employeurs obligeant les travailleurs domestiques à travailler sans salaire ou à des salaires très réduits, les confinant au foyer, à travailler de longues heures sans repos ou un jour de congé, et la violence verbale, physique et sexuelle. L’Organisation internationale du Travail a averti que les travailleurs migrants au Liban sont désormais confrontés à des conditions qui “augmentent considérablement leur risque d’entrer dans le travail forcé ou en servitude”.

Orientation sexuelle et identité de genre

Les personnes LGBTQ ont participé en bonne place aux manifestations nationales qui ont commencé le 17 octobre 2019. En portant leur lutte dans la rue, à travers des chants, des graffitis et des personnes publiques, lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) ont déplacé les demandes de leurs droits de les marges du discours dominant.

Or, l’article 534 du code pénal punit « tout rapport sexuel contraire à l’ordre de la nature » d’un an de prison. Les femmes transgenres au Liban sont confrontées à la violence systémique et à la discrimination dans l’accès aux services de base, y compris l’emploi, les soins de santé et le logement. La crise économique, aggravée par les mesures de verrouillage de Covid-19, a touché de manière disproportionnée les personnes LGBT.

Les forces de sécurité générale ont émis des interdictions d’entrée, qui restent en vigueur à ce jour, aux participants non libanais d’une conférence de 2018 qui fait avancer les droits des LGBT.

Réfugiés

Le Liban accueille près de 900 000 réfugiés syriens enregistrés, et le gouvernement estime que 500 000 autres vivent dans le pays de manière informelle. Seuls 20 pour cent des réfugiés syriens ont une résidence légale, ce qui rend la plupart d’entre eux vulnérables au harcèlement, à l’arrestation, à la détention et à l’expulsion.

Le gouvernement continue de mener des politiques visant à contraindre les réfugiés syriens à partir, et la crise économique aiguë et l’inflation vertigineuse ont rendu extrêmement difficile pour les réfugiés l’achat des produits de première nécessité ; 90 pour cent des familles syriennes au Liban vivent dans une pauvreté extrême, s’appuyant sur des niveaux d’endettement croissants pour survivre.

Bien que le gouvernement libanais continue d’affirmer publiquement son attachement au principe de non-refoulement, il a expulsé plus de 6 000 Syriens ces dernières années.

Selon le Comité de dialogue libano-palestinien, environ 174 000 réfugiés palestiniens vivent au Liban, où ils continuent de faire face à des restrictions, notamment sur leur droit de travailler et de posséder des biens.

Les réfugiés syriens qui sont rentrés en Syrie depuis le Liban entre 2017 et 2021 ont été confrontés à de graves violations des droits humains et à des persécutions de la part du gouvernement syrien et des milices affiliées.

Droits des enfants

De nombreux enfants libanais et presque tous réfugiés syriens n’ont reçu aucune éducation significative car les écoles publiques ont fermé en raison de la pandémie de Covid-19 sans garantir l’accès à l’enseignement à distance. Les enfants handicapés ont été particulièrement touchés, car ils ne pouvaient pas accéder à l’enseignement à distance sur un pied d’égalité avec les autres en raison du manque de soutien du gouvernement.

Les échecs de planification des autorités ont retardé le début de l’année scolaire 2021-2022 au 11 octobre et ont fait craindre que les écoles publiques ne restent pas ouvertes.

Les châtiments corporels infligés aux enfants sont répandus et autorisés par le code pénal.

Héritage des conflits et des guerres passés

Malgré une loi de 2018 créant une commission nationale indépendante chargée d’enquêter sur le sort des quelque 17 000 Libanais kidnappés ou disparus pendant la guerre civile du pays, le gouvernement n’a pas encore alloué de budget pour que la commission commence ses travaux.

Le Tribunal spécial pour le Liban, qui a condamné en 2020 un membre du Hezbollah pour son rôle dans le meurtre de l’ancien Premier ministre Rafik Hariri et de 21 autres personnes en 2005, a risqué de fermer ses portes en raison de difficultés de financement. Bien que les responsables du tribunal aient annoncé en octobre qu’ils avaient obtenu un financement suffisant pour traiter un appel de l’accusation contre l’acquittement de deux autres suspects dans l’affaire Hariri, les opérations du tribunal restent incertaines après cela en raison de contraintes financières.

Acteurs internationaux clés

La Syrie, l’Iran et d’autres puissances régionales maintiennent leur influence au Liban grâce à leur soutien aux alliés politiques locaux et aux mandataires.

Les tensions avec Israël le long de la frontière sud du Liban restent élevées et les hostilités ont éclaté en mai et août. Un Libanais a été abattu par les forces israéliennes après avoir tenté de franchir une barrière de sécurité à la frontière avec Israël. Israël continue de violer fréquemment l’espace aérien libanais.

En juillet, l’UE a adopté un cadre de sanctions ciblées contre des responsables libanais responsables d’entrave à la formation d’un gouvernement, à l’amélioration de la responsabilité et de la bonne gouvernance, et pour de graves erreurs de gestion financière, mais aucun individu ou entité n’a été désigné.

Les États-Unis ont continué à sanctionner des individus pour leurs liens avec le Hezbollah et, en octobre, ont sanctionné deux hommes d’affaires libanais et un législateur pour avoir contribué à « l’effondrement de la bonne gouvernance et de la règle du droit au Liban.

Le 16 septembre, le Parlement européen a adopté une résolution décrivant la situation désastreuse au Liban comme une « catastrophe causée par l’homme » et appelant à la mise en place d’une mission internationale d’enquête sur l’explosion de Beyrouth et à des sanctions ciblées contre les responsables libanais corrompus.

En octobre, plusieurs États du Golfe, dirigés par l’Arabie saoudite, ont expulsé les ambassadeurs libanais et interdit toutes les importations libanaises en réponse aux commentaires critiques d’un ministre libanais sur l’intervention militaire dirigée par les Saoudiens au Yémen.

Les agences de sécurité libanaises continuent de recevoir l’aide d’un éventail de donateurs internationaux, notamment les États-Unis, l’Union européenne, le Royaume-Uni, la France et l’Arabie saoudite.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.