Le prix du baril de pétrole brut WTI a bondi de plus de 6% lundi et le Brent de plus de 5%, les opérateurs s’inquiétant de plus en plus d’une crise énergétique après les nouvelles sanctions occidentales à l’encontre de Moscou, important exportateur de pétrole et qui pourrait se trouver face à de nombreuses difficultés après la suspension de l’accès au système Swift pour certaines banques russes.

Le WTI augmentait ainsi de 6,27% à 97,33 dollars vers 04H45 GMT et le Brent de 5,24% à 103,06 dollars.

Cette nouvelle hausse devrait se répercuter prochainement sur le prix à la pompe notamment au Liban, pays touché par une crise économique et où l’augmentation du prix des carburants a été déjà importante depuis septembre dernier, alors que les subventions accordées jusqu’à présent par la Banque du Liban ont été levées suite à un été rendu tendu en raison d’importantes pénuries d’essence.

Cette augmentation du prix, induisant une nouvelle pression sur la livre libanaise, pourrait amener également à une nouvelle détérioration de la parité de la livre libanaise face au dollar. Cette-ci était artificiellement maintenue par la décision de la BdL d’injecter d’importants montants sur le marché en devises étrangères suite à la publication de la circulaire 161. La banque centrale finance ainsi 85% des sommes nécessaires pour l’achat par le Liban des carburants, les 15% restant étant trouvés au marché noir.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.