Le directeur général d’Ogero, Imad Khreidieh, aurait indiqué à l’ancien ministre des télécoms Mohammed Choucair, qui dirige l’association des organisations économique, que la compagnie publique a été dans l’obligation d’arrêter le déploiement du réseau à fibre optique en raison de la dégradation de la parité de la livre libanaise face au dollar alors que celui-ci devait recouvrir la majorité du territoire libanais dès 2022. Il se serait également prononcé pour une hausse des tarifs d’Internet, notant qu’il s’agit de payer l’interconnexion du réseau national avec les réseaux internationaux. Cette décision reste cependant tributaire d’une décision du conseil des ministres, précise le Pdg d’Ogero.

Cependant, une nouvelle hausse des tarifs des télécommunication pourrait entrainer une hausse du taux d’inflation et donc réduire encore le pouvoir d’achat de la population.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.