Maher Mikati, fils du premier ministre Najib Mikati et PDG d’Areeba, une société de paiement électronique a indiqué, lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée ce jeudi 3 avril que les sommes recueillies des passagers ayant effectué un test PCR à l’aéroport International de Beyrouthi sont toujours sur les comptes de celle-ci après que le ministère de la santé n’a, pour l’heure, pas encore fourni de coordonnées de comptes bancaires qui lui soit propre.

Le responsable de la société de paiement indique que le ministère a bien fourni un numéro de compte mais qu’après vérification, celui-ci s’est avéré être celui d’une organisation non-gouvernementale dont le nom n’a pas encore été révélé. Par conséquence, les sommes dues au ministère ont été gelées jusqu’à obtention des coordonnées des comptes du ministère lui-même.

Maher Mikati a ainsi adressé deux lettres à la Cour des comptes datées successivement du 16 février 2022 et du 2 mars 2022 afin d’obtenir le numéro swift du ministère afin de procéder au transfert des sommes recueillies sans avoir, jusqu’à présent de réponse.

Pour rappel, fin janvier, le ministre de la santé Firas Abiad a indiqué avoir porté plainte suite à la découverte que les frais des tests PCR des passagers à l’Aéroport international de Beyrouth n’étaient pas versés conformément à l’accord conclu par les 2 sociétés en charge des procédures. Alors qu’une partie des frais de 50 dollars par passagers devait être reversée en dollars frais à l’Université Libanaise, celles-ci auraient effectué ces versements en utilisant un taux de parité de 3 900 LL/USD, impliquant une décôte de plus de 70% des sommes reversées à l’institution universitaire.

Certaines sources avaient alors accusé l’ancien président de l’Université libanaise Fouad Ayoub, considéré comme étant un proche du président de la chambre des députés, Nabih Berri, d’être impliqué dans de possibles détournements de ces fonds en n’ayant pas inclus les recettes de ces tests dans le budget de l’institution universitaire, facilitant ainsi le détournement de ces sommes.

Depuis, l’affaire a été portée devant la justice et les frais des PCR à l’entrée au Liban ont été réduits de 50 USD à 30 USD.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.