Aucune demande de rendez-vous auprès du premier ministre désigné Saad Hariri n’a été formulée par le ministre des Affaires Etrangères Français Jean-Yves Le Drian qui devrait arriver au Liban ce mercredi soir dans le cadre d’une visite de 2 jours, alors que circulent certaines informations y compris au sein du Courant du Futur concernant un possible retrait de ce dernier.

Le député Hadi Hobeiche – tout comme même le vice-président du Courant du Futur Mustapha Alloush – hier , tous 2 proches de Saad Hariri ont ainsi confirmé qu’aucune réunion entre le premier ministre désigné Saad Hariri et Jean-Yves le Drian soit prévue.

Le député Mohammed Hajjar a également confirmé qu’un retrait du Premier Ministre désigné serait envisageable en cas de poursuite du blocage de la formation du gouvernement.

Cette visite intervient dans le cadre d’une possible relance du processus de formation d’un nouveau gouvernement ou, le cas échéant, la mise en place de sanctions visant des personnalités politiques accusées de bloquer ce processus et de corruption.

De son côté, le Courant du Futur du Premier Ministre désigné Saad Hariri indique que ce dernier se retirera “si des options contraires à ses convictions lui sont imposés”. Cependant, des sources diplomatiques françaises l’accusent de ne soutenir l’initiative française qu’en paroles et non en acte.

La tension entre la France et Saad Hariri pourrait ainsi aboutir à une nouvelle crise gouvernementale.

Pas de rencontre avec Saad Hariri pour l’heure prévue mais des rumeurs faisant état d’une rencontre avec Gébran Bassil

Le Courant Patriotique Libre appelle de son côté le premier ministre désigné à soumettre immédiatement une liste complète du cabinet qu’il désire former, incluant clairement la distribution des portefeuilles aux sectes” et devant spécifier “les autorités qui devraient nommer les ministres non partisans et spécialisés”.

Le Cpl rappelle que sept mois se sont écoulés depuis la démission du premier ministre sortant Hassan Diab et que “la naissance du gouvernement devrait être le produit d’un dialogue réel et honnête entre les Libanais en cette période critique”, allusion à la crise actuelle et au déblocage nécessaire de l’aide internationale qui ne peut se faire qu’avec un cabinet fonctionnel.

“Il est injuste d’attendre les forces étrangères et leurs développements et changements pour mûrir l’alignement du gouvernement, alors que la situation urgente au Liban aurait dû l’avoir mûri dès le premier jour de la nomination du premier ministre désigné”, conclu le CPL, allusion aux propos tenus par des proches du premier ministre qui conditionnaient la naissance d’un nouveau cabinet à la conclusion des négociations entre l’Iran et les Etats-Unis.

Par ailleurs, certaines sources indiquent que le ministre français pourrait rencontrer le dirigeant du CPL, Gébran Bassil, avec qui il pourrait discuter des sanctions qui viseront certaines personnalités libanaises.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English Deutsch Italiano Español Հայերեն