Le Parlement Libanais. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservés
Le Parlement Libanais. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservés

Après la commission parlementaire des finances et du budget, c’est au tour de la commission parlementaire de l’administration et de la justice d’approuver le projet de loi permettant la levée du secret bancaire des comptes de la Banque du Liban jusqu’à la conclusion de l’audit juricomptable des comptes de cette institution.

Cette information intervient alors que les fonctionnaires de la Banque du Liban continuent à refuser de transmettre leurs informations personnelles d’une part, se retranchant sous la législation européenne de protection des données personnelles qui est inapplicable au Liban mais également de la Banque du Liban elle même qui refuserait de répondre à certaines questions formulées par le cabinet Alvarez & Marsal en charge de la procédure d’audit.

Pour sa part, la Banque du Liban se défend de tout retard, indiquant que ses employés en charge de répondre aux questions d’Alvarez & Marsal seraient contaminés par le coronavirus.

Cette proposition de loi instaure des sanctions jusqu’à un an de prison pour les fonctionnaires qui entraveraient la procédure ou qui ne répondraient pas aux questions posées par le cabinet.

Le texe pourrait être adopté dès la première session parlementaire extraordinaire du parlement à l’appel du président de la république, le général Michel Aoun et du premier ministre Najib Mikati.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.