The siege of the Grand Serail before the explosion of the Port of Beirut.
The siege of the Grand Serail before the explosion of the Port of Beirut.

Alors que le syndicat des boulangers a indiqué n’avoir reçu qu’une quantité de farine suffisant seulement à la production du pain et non a celle des autres produits de boulangerie , cela annonce un nouvel épisode lié à l’épuisement prochain des réserves monétaires. Une réunion a eu lieu ce lundi 7 décembre au Grand Sérail pour discuter de la rationalisation du programme de subvention à l’achat des produits de première nécessité.

Outre le Premier ministre sortant Hassan Diab, étaient présents, le ministre des finances, Ghazi Wazni, de l’économie, Raoul Nehmé, mais également les ministres de l’agriculture et de l’énergie, qui sont concernés en premier par le programme de subvention alors que les réserves monétaires disponibles de la Banque du Liban qui le finançait jusqu’à présent sont sur le point de s’épuiser d’ici peu.

Si l’annulation pure et simple de ce programme est pour l’heure écartée, il s’agirait désormais de mieux cibler les produits essentiels, comme les produits alimentaires, les produits médicaux, en écartant par exemple les subventions qui étaient jusqu’à présent accordées à certains types de produits non essentiels comme le Botox ou encore lever de manière progressive, les subventions accordées aux carburants à l’exception de ceux liés à la production de pain ou encore aux transports communs.

Pour l’heure, seul le ministère de l’agriculture a présenté une telle liste de produits jugés nécessaires alors que les autres ministères souhaiteraient y procéder lors de cette réunion visant à préparer celle de demain qui aura lieu au Parlement.

Le Président du syndicat des boulangers, Ali Ibrahim, a indiqué s’être adressé au ministère de l’économie pour s’enquérir des raisons derrière l’absence d’approvisionnement en farine. Pour l’heure, il n’aurait pas reçu de réponses de la part des autorités. Il accuserait par ailleurs les restaurants locaux d’être à l’origine de l’augmentation actuelle du prix du pain en ayant spéculé sur la farine avant la levée possible des subventions.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English Deutsch Italiano Español Հայերեն