L'hôpital Getaoui affecté par l'explosion du port de Beyrouth. Crédit Photo: François el Bacha pour libnanews.com. Tous droits réservés.
L'hôpital Getaoui affecté par l'explosion du port de Beyrouth. Crédit Photo: François el Bacha pour libnanews.com. Tous droits réservés.

Alors que les pharmaciens ont mené un mouvement de protestation ce mardi devant le ministère de la Santé exhortant les autorités à publier une nouvelle grille tarifaire pour les médicaments alors que de nombreuses pilules ne sont plus disponibles sur le marché local, et alors que des molécules de contrebande seraient actuellement importées, le président de l’association des propriétaires des hôpitaux privés, Sleiman Haroun ainsi que l’ordre des médecins ont annoncé une grève générale ce jeudi et ce vendredi en raison de la politique de la Banque du Liban, à l’encontre du secteur de la santé.

Seules les urgences ou encore les patients devant subir une dialyse seront accueillis au sein des établissements hospitaliers.

Ils dénoncent ainsi la Banque du Liban qui n’autoriserait pas les hôpitaux et les médecines à recevoir la totalité des frais en espèces alors qu’ils sont obligés d’obtenir de l’argent liquide pour couvrir leurs dépenses.

Ils rappellent que le ministère de la Santé, la Sécurité sociale et d’autres paient leurs factures par le biais de virements bancaires, des sommes indisponibles en cas.

Parallèlement, le président du conseil de l’ordre des médecins, Sharaf Bou Sharaf a annoncé qu”environ 3 000 médecins et 3 000 infirmières ont quitté le pays à cause des mesures injustes prises par les banques, notamment en raison d’un refus à accepter les chèques ou encore en raison de commissions jugées irresponsables.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.