Le Président du Courant Patriotique Libre Gébran Bassil a reçu ce lundi le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Ciarto au siège du parti, rue Mirna Chalouhi, soulignant l’amitié personnelle entre les 2 hommes.

Le ministre Szijjarto a voulu souhaité cette visite après la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne à Bruxelles lundi dernier , dans lequel la question du Liban a été soulevée. Il a demandé que cela soit présenté pour exprimer son soutien au Liban et à nous, et nous nous sommes bien entendu accueillis, car il est un ami personnel et un ami du Liban. 
Gébran Bassil en compagnie du ministre des AE hongrois Szijjarto, le 26 avril 2021
Tweet

Gébran Bassil a ainsi salué l’action de la Hongrie qui “soutiennent la cause de la présence chrétienne au Liban et en Orient, et en tout réunions”, rappelant par exemple, le projet de restauration des anciennes églises au Liban, qui a commencé depuis 2018 et se poursuit jusqu’à aujourd’hui. 33 églises ont ainsi été déjà restaurées lors de la deuxième phase et 30 églises supplémentaires le seront lors de la 3ème phase.

Abordant la question des sanctions économiques qui pourraient toucher certains responsables politiques libanais, Gébran Bassil note qu’elle serait préjudiciable à l’Europe et au Liban, “l’amenant plus à l’est”. le Liban souhaite rester équilibré, note le dirigeant du CPL.

Gébran Bassil a également appelé l’Union Européenne à aider le Liban en prenant “des mesures contre les personnes ou entités au Liban qui ont abusé de l’argent public et conduit le pays à la faillite et à l’effondrement”, appelant à la saisie des fonds transférés au sein de l’UE avant et après le 17 octobre 2019.

De son côté, Peter Szijjarto a appelé à stabiliser le Liban avec “un gouvernement stable et fort capable de bien s’acquitter de ses tâches”, constitué sans ingérence étrangère. Lors de la réunion des ministres des AE, la question des sanctions économiques a été effectivement abordé, confirme le ministre, estimant cependant qu'”il n’est pas correct que l’Union européenne impose des sanctions aux personnes démocratiquement et légalement élues par le peuple libanais”.

Le ministre hongrois a ainsi plaider en faveur de plusieurs points pour aider le Liban:

  • la lutte contre l’épidémie de Coronavirus: “nous avons apporté avec nous 20 respirateurs et 20 000 masques médicaux pour aider le Liban à lutter contre l’épidémie mondiale”.
  • La restauration du Patrimoine: “L’année dernière, nous avons investi dans les domaines religieux, éducatif et sanitaire d’une valeur de 4 millions de dollars. Après l’explosion du port. Beyrouth, Nous avons donné plus d’un million d’euros au Patriarcat maronite pour aider les personnes touchées. Nous avons restauré 33 églises avec un million cinq cents mille dollars au Liban. Nous sommes prêts à lancer la nouvelle phase de restauration de 30 autres églises avec deux millions de dollars.
  • Le secteur de l’éducation: “nous accordons 50 bourses à des étudiants libanais pour apprendre dans les universités hongroises
  • La participation à la FINUL
  • Le soutien au Liban face à l’immigration clandestine, rappelant la présence d’un million et demi de réfugiés au Liban: “n tant que Hongrois, nous devons travailler pour mettre fin aux causes qui mènent à l’immigration et non pour stimuler les vagues”. Il a ainsi appelé au retour des réfugiés syrien, soutenant les propositions libanaises à ce sujet.

En conséquence de quoi, “le Liban ne devrait ni enseigner de leçons ni menacer les chrétiens de sanctions de la part de l’Europe, ce dont le Liban a besoin, c’est un soutien réel, et nous sommes prêts à le fournir et nous le préserverons”

“Nous a mis en garde contre la crise des Syriens déplacés à destination et en provenance du Liban”, souligne Gébran Bassil, remerciant également la Hongrie pour avoir alerté l’Union Européenne de cette crise.

La formation du gouvernement est une affaire interne au Liban “qui doit être convenue par les parties libanaises elles-mêmes sans aucune ingérence étrangère”

Le ministre par intérim des Affaires étrangères, Charbel Wehbe, a rencontré avait précédemment son homologue hongrois, Peter Szijjarto, qualifiant cette rencontre d’honnête et d’amicale. Au menu des discussions, la situation actuelle au Liban et notamment la crise économique que travers actuellement le pays des cèdres.

Peter Szijjarto a ainsi estimé que la question de la formation du gouvernement est une affaire interne au Liban “qui doit être convenue par les parties libanaises elles-mêmes sans aucune ingérence étrangère”.

Il a également estimé que “la pression extérieure, qui est exercée contre le plus grand parti chrétien du Liban, n’est pas une bonne chose” estimant que le Liban a plus besoin d’aide que de sanctions et d’ingérence étrangère.

«Nous félicitons le Liban d’avoir hébergé des millions de réfugiés, leur fournissant toutes les fournitures nécessaires, mais nous pensons également que les réfugiés doivent retourner dans leur patrie en l’absence des raisons qui ont conduit à leur migration en premier lieu», a conclu Szijjarto à l’issue de cette réunion.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English Deutsch Italiano Español Հայերեն