Nabih Berri sur le TSL: Pour la vérité mais pas pour la fabrication de la vérité

26

Le président de la chambre Nabih Berri s’en est violemment pris, devant des universitaires du mouvement Amal, au Tribunal International en charge de juger les personnes suspectées d’être impliquées dans l’assassinat de l’ancien premier ministre, à la veille de la 6ème commémoration de l’attentat qui lui a couté la vie, le 14 février 2005, indiquant désirer un tribunal qui dévoile la vérité et non un tribunal qui la fabrique, allusion à une possible mise en cause de membres du Hezbollah par ce dernier lors de la prochaine publication des actes d’accusations attendus depuis décembre 2010 et qui pourraient intervenir sous une dizaine de jours.

” Nous désirions un Tribunal Spécial conforme au dialogue national”, a indiqué Nabih Berri, accusant le gouvernement de Fouad Saniora, décrit comme anticonstitutionnel, d’avoir signé un accord avec l’ONU sans en référer au président de la république de l’époque, Emile Lahoud comme le prévoit la constitution libanaise. Le 3ème personnage de l’état a également accusé l’enquête concernant cet attentat qui avait couté la vie à 21 autres personnes autres outre Rafic Hariri, d’avoir été entachée par les faux témoignages.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English Deutsch Italiano Español Հայերեն

Comments are closed.