Le père d’une victime de l’explosion du port de Beyrouth, Youssef al-Mawla, a déposé un nouveau recours ce vendredi à l’encontre du juge Tarek Bitar, en charge de l’instruction du dossier, devant la cour pénale de cassation présidée par la juge Randa Kfoury.

Celui-ci accuse le juge d’avoir entravé l’enquête, de causer des retards et de sélectivité par rapport à la convocation ou non de certains suspects.

Cette information intervient alors que le magistrat vient de reprendre son enquête qui avait été à plusieurs reprises retardée par les recours présentés par les anciens ministres des finances, Ali Hassan Khalil, des travaux publics Ghazi Zoaiter, deux proches du président de la chambre des députés, Nabih Berri, de l’intérieur, Nouhad Machnouk et des transports Youssef Fenianos ainsi que par l’ancien premier ministre Hassan Diab. Outre Ali Hassan Khalil qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt pour ne pas avoir répondu à sa convocation devant le juge, les anciens ministres ont été mis en examen pour négligence criminelle et homicide volontaire, estimant avoir été informé de la présence de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dont l’explosion a été à l’origine de plus de 200 morts et plus de 6500 blessés et d’avoir dévasté outre le port de Beyrouth, une grande partie de la capitale.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.