Le syndicat des propriétaires des stations essence écarte toute pénurie de carburants, notant que les stocks nécessaires pour répondre à la demande locale sont déjà présents sur le territoire libanais. Cependant, la Banque du Liban serait à l’origine de retard de paiement via sa plateforme Sayrafa. Elle aurait ainsi réduit son injection quotidien de fonds de 80 millions de dollars par jour en moyenne à seulement 35 millions de dollars en moyenne ces 2 dernières semaines sur fond de réserves monétaires disponibles prochainement épuisées.

Par conséquent, les entreprises importatrices et distributrices de carburants auraient approvisionnés le marché en quantité réduire, réduisant également la disponibilité du précieux liquide dans les stations essence, provoquant d’importantes queues devant ces établissements ce mardi et ce mercredi, cela en dépit de la dernière hausse des prix à des niveaux records.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.