Les 3 anciens premiers ministres libanais Fouad Saniora, Nagib Mikati et Tamam Salam en compagnie du Roi Salmane d'Arabie Saoudite. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Les 3 anciens premiers ministres libanais Fouad Saniora, Nagib Mikati et Tamam Salam en compagnie du Roi Salmane d'Arabie Saoudite. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Réunis en présence du mufti de la république le cheikh Abdoul Latif Daryan afin de discuter des prochaines étapes à la demande du premier ministre Najib Mikati suite au retrait de l’ancien premier ministre Saad Hariri de la vie politique, Najib Mikati, Fouad Saniora et Tamam Salam se seraient accordés à ce qu’aucun soutien sunnite ne soit accordé aux candidats du Hezbollah, du Courant Patriotique Libre ou des Forces Libanaises lors des prochaines élections législatives de mai 2022, indique le quotidien Al Diyar.

Pour l’heure, un état de confusion règle cependant sur les méthodes de nomination des prochains candidats qui pourraient concourir avec leur soutien lors du scrutin.

Cette information du quotidien Al Diyar intervient alors que l’ambassade d’Arabie saoudite au Liban tente de former une alliance entre Forces Libanaises, Parti socialiste Progressiste et certains candidats sunnites contre le Hezbollah et ses alliés. Cependant, les proches et les partisans de l’ancien premier ministre Saad Hariri accusent le dirigeant des Forces Libanaises de l’avoir trahi, notamment lors du fameux épisode de son kidnapping par Mohammed Ben Salmane en 2017. Certains aussi rappellent que Samir Geagea est toujours reconnu coupable de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rachid Karamé dans les années 1980, même s’il a bénéficié d’une amnistie en 2005 permettant de le faire libérer.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.