La ville de Tripoli. Crédit Photo: François el Bacha, pour libnanews.com. tous droits réservés.
La ville de Tripoli. Crédit Photo: François el Bacha, pour libnanews.com. tous droits réservés.

Le quotidien Al Akhbar indique qu’un espion israélien originaire de Tripoli au Nord du Liban et dont la famille serait proche du Courant du Futur aurait été arrêté le soir du Nouvel An. Ce dernier, désigné comme étant Malek H. se serait porté volontaire pour espionner le Hezbollah.

Cette information intervient alors que de nombreux jeunes tripolitains se porteraient volontaires en raison de la dégradation des conditions sociales et économiques, pour des interêts étrangers. Un certain nombre d’entre eux aurait ainsi intégré des groupes terroristes islamiques opérant en Irak et en Syrie.

Cependant Malek H. au chomage depuis de nombreuses années aurait plutôt pris contact avec les autorités israéliennes via son épouse allemande. Cette dernière l’aurait ainsi amené à l’ambassade israélienne de Berlin et exprimé son souhait de travailler en faveur des intérêts de l’état hébreu et contre le Hezbollah qui déclare détester.

Le quotidien Al Akhbar indique ainsi qu’il aurait effectué un séjour en Israël avec un passeport allemand, suivant une formation du Mossad pour ensuite se rendre en Jordanie et y suivre des formations complémentaires.

De retour au Liban, ses missions consistaient à photographier des bureaux, des rues, des personnalités associées au Hezbollah, ainsi que des emplacements et des centres de l’armée libanaise, des services de sécurité et des partis alliés au Hezbollah à Tripoli, dans le nord et dans d’autres régions libanaises, puis d’effectuer des collectes de donnée de zones et de personnes à Beyrouth, contre une rétribution financière.

Malek H. aurait été arrêté lors d’une opération des forces spéciales de la Direction de l’information, venue spécifiquement de Beyrouth, et qui a pris d’assaut une maison du quartier de Zahrieh à Tripoli, pour être amené au siège principal à Beyrouth. Il aurait admis avoir pris volontairement contact avec les israéliens en raison de sa haine personne contre le Hezbollah.

“Cela ne le dérangeait pas “de travailler avec Satan et pas seulement avec Israël, afin de frapper le Hezbollah”, précise le journal Al Akhbar citant Malek H, qui aurait suscité des interrogations concernant son train de vie après son retour au Liban et ses fréquents voyages.

À l’issue de cet interrogatoire, les officiers de la branche des renseignement des FSI lui ont demandé de continuer à communiquer avec ses opérateurs après la saisie d’ordinateurs, de téléphones et d’autres mécanismes de communication, avant que les services ennemis ne découvrent que leur informateur était en état d’arrestation. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.