Le sommet de Kornet Saouda. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservés.
Le sommet de Kornet Saouda. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservés.

Après une semaine, disons-voir, étouffante, il convient de prendre une grande bouffée d’air et pourquoi pas en nous rendant au plus haut sommet du Liban, à savoir Kornet Sawda, une récompense achevée après une randonnée de 22 km à pied. Certains choisiront de s’y rendre en tout terrain ou en quad, mais cela reste déconseillé si vous voulez vraiment apprécier une balade qui vous permettra vraiment de vous dépasser. Il vous fera pour cela une moyenne de 6 heures pour l’atteindre, à une cadence de 5 km/h, une marche rapide… 3 litres d’eau et bien se protéger contre les coups de soleil!

Situé à 3088 mètres d’attitude, dans le Caza de Bcharreh, au Nord, il s’agit du plus haut sommet du Liban mais également du Proche Orient, si on fait exception des sommets présents en Turquie. Les lieux sont également nommés dans l’Ancien Evangile, comme étant l’emplacement ou Noah aurait planté un arbre sacré suite au déluge.

Par temps clair, on découvrira d’abord depuis ces hauteurs, la région de la forêt des cèdres qui fait actuellement l’objet d’un programme de reboisement dont on peut voir l’ampleur et également la vallée sainte de Qadisha. Nous nous engagerons ensuite dans un nouveau haut plateau à l’allure désertique, fait de vallons et de petites montées, ces lieux restent cependant habités en cette saison par des nomades et leurs troupeaux. On peut être ainsi charmé par de véritables scènes pastorales de bergers, avec leurs montures, leurs chiens de garde et leurs moutons. Depuis le sommet, on pourra apercevoir un panorama s’étendant de la villes de Homs en Syrie jusqu’aux monts Trodos à Chypre.

En cette saison d’été, les lieux sont avant tout d’allure désertique. Les températures baisseront cependant rapidement à partir de cet automne, pour atteindre jusqu’à -22,7 degrés Celsius en hiver. La zone sera alors recouverts de 3 mètres jusqu’à 16 mètres de neiges. C’est à partir de ces neiges, que se formeront les sources tant de la vallée sainte de Qadisha qui s’écouleront vers le littoral que du fleuve dit rebelle de l’Oronte dans la Békaa. Parfois au détour d’un chemin, vous verrez surgir un aigle, véritable seigneur de ses hauteurs.

Voir le trajet enregistré par GPS de la randonnée de notre collaborateur François el Bacha sur Garmin Adventure et effectué avec Dale Corazon.