Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.
Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.

La chaine de télévision LBCI a annoncé que le procureur Ziad Abou Haidar aurait fermé son téléphone et quitté ses bureaux en dépit des assurances du procureur de la république le juge Ghassan Oweidat de permettre aux enquêteurs européens de faciliter la mission des délégations judiciaires arrivant au Liban dans le cadre des investigations en cours concernant l’affaire Salamé, du nom du gouverneur de la Banque du Liban accusé de détournements de fonds et de blanchiment d’argent.

Le procureur de la république pourrait déférer le juge Abou Haidar – considéré comme proche du président de la chambre Nabih Berri – devant l’inspection judiciaire, alors que les autorités libanaises craignent l’établissement de sanctions économiques et judiciaires en cas d’entrave des enquêtes européennes.

Des sources proches du dossier libanais estiment ainsi que les excuses des médias proches des banques et de leurs intérêts qui font état de pressions politiques pour bloquer l’étude du dossier du gouverneur de la BdL

Précédemment, le procureur de la république a cependant souligné que le Liban n’a pas d’autre choix que coopérer en raison de son adhésion en 2003 à une convention des Nations Unies dans le cadre de la lutte contre la corruption. “Les mesures prises concernant la visite de la délégation s’appliquent aux principes juridiques, et le ministère public a mis en place le mécanisme juridique approprié. Les délégations judiciaires qui viennent au Liban viennent de trois pays, la France, l’Allemagne et le Luxembourg, et il n’y a pas de délégation de Suisse. Nous avons prévu l’unification des procédures afin de ne pas notifier trois fois les personnes concernées, et il y aura une délégation unifiée et le travail sera réparti entre ses membres, et un calendrier et un plan d’action clair seront déterminés. 

Les interrogatoires devraient avoir lieu au Palais de Justice en présence du juge Abou Haidar. 

Il a précisé que les personnes à interroger sont au nombre de 15, sans compter le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh.” Les enquêteurs européens auraient déjà fait parvenir au Liban le souhait de voir être entendus les dirigeants des banques Audi, de la Bank Mes,, de la Banque Saradar, de la Banque Al Mawarid, du Crédit Liban et de la Banque Misr Lebnan dans le cadre de la procédure liée au dossier Forry dans lequel les les frères Salamé auraient perçu 330 millions de dollars de commissions douteuses de la Banque du Liban. Pour rappel, cette société appartient au frère de Riad Salamé, Raja Salamé et aurait ensuite transféré une partie de ces sommes au gouverneur lui-même ainsi qu’à d’autres proches.

Les enquêteurs européens souhaitent également voir être convoqués des responsables de la Banque du Liban ainsi qu’un propriétaire d’une société de courtage financier lié à Riad Salamé. Les autorités libanaises craignent qu’en cas de refus ou de sanctions visant le gouverneur de la Banque du Liban, des avoirs outre que ceux de Riad Salamé, à savoir des avoirs de la Banque du Liban elle-même puissent être gelés en Europe. Par ailleurs, au Liban même, les enquêtes contre le gouverneur sont pour l’heure toujours gelées en dépit des investigations menées par le juge Jean Tannous, et sur la base de l’article 13 du code de procédure pénale, ainsi que de la demande du procureur de la république de l’ouverture d’une action en justice.

Cette procédure est gelée suite à un recours présenté par Riad Salamé et ses frères devant la cour de cassation, un recours similaire à celui présenté par les anciens ministres des finances Ali Khalil et des travaux publics Ghazi Zoaiter dans le cadre de l’enquête concernant l’explosion du port de Beyrouth, le ministre actuel des finances Youssef Khalil, un proche de Nabih Berri, refusant de signer les nominations visant à compléter cette cour de justice.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Un commentaire?