Riad Salameh, governor of Lebanon's central bank, speaks to the Financial Times in his office in Beirut, Lebanon, on October 30, 2017. [Sam Tarling for the Financial Times]

Un porte-parole d’une ONG en charge de la lutte contre la corruption indique que les autorités judiciaires luxembourgeoises ont ouvert une enquête au pénal à l’encontre du gouverneur de la Banque centrale libanaise Riad Salameh et de ses proches après la Suisse et la France.

Selon l’OCCRP, cette information fait suite à la publication d’une enquête publié conjointement avec son partenaire local Daraj, suite à la découverte d’un vaste réseau de sociétés offshore détenu par Riad Salamé, son frère et ses proches. Celle-ci viserait plus particulièrement trois sociétés au Luxembourg qui détenaient près de 100 millions de dollars américains d’actifs à l’étranger.

Lien vers l’article: https://www.occrp.org/en/daily/15490-luxembourg-opens-criminal-case-into-lebanon-s-central-bank-governor

Une quatrième société appartenant au frère du gouverneur a prêté 17,2 millions d’euros serait également visée, celle-ci aurait permis au gouverneur de la Banque du Liban d’acquérir indirectement un vaste patrimoine immobilier dans la région parisienne dont aurait bénéficié sa fille née d’une liaison avec une ressortissante ukrainienne.

Riad Salamé indiqué que ces fonds proviennent de sa carrière de banquier d’affaire et d’héritages familiaux.

Selon l’OCCRP, “Fulwood Invest S.a.r.l., est une société luxembourgeoise détenue par Riad Salamé et dirigée par son fils Nady Salame. Elle a acheté en juin 2020 une propriété de 6,25 millions de GBP (7,8 millions de dollars américains) dans l’ouest de Londres, . L’actif rapporte 320 000 GBP (428 543,68 USD) en revenus locatifs annuels de locataires commerciaux”.

La même entreprise a acheté en décembre 2020 une propriété de 4,9 millions de livres sterling dans le quartier coûteux de Kings Cross, dans le centre de Londres.

Cette information intervient alors que du côté judiciaire, une coopération internationale semble se mettre en place avec la tenue d’une réunion, le mois dernier d’une réunion à la Haye où étaient présents enquêteurs français et libanais.
Cependant au Liban même, le juge en charge de l’enquête aurait fait par de difficultés à obtenir la part des banques libanaises impliquées les informations nécessaires à la poursuite de l’enquête. Par ailleurs, Riad Salamé bénéficierait d’une immunité locale, avait statué une cour libanaise.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Comments are closed.