Le quotidien libanais arabophone Al Joumhouria indique que des responsables sécuritaires auraient présenté un rapport faisant état de menaces à l’encontre de certaines personnalités politiques libanaises sans toutefois les identifier, durant la réunion du haut conseil supérieur de la défense qui s’est tenu hier au Palais Présidentiel de Baabda.

Cette information intervient alors que des sources israéliennes ont affirmé au quotidien The Jerusalem Post que le Président des Etats-Unis Donald Trump aurait donné son feu vert à Tel Aviv pour l’élimination de dirigeants du Hezbollah, dont celui de Hassan Nasrallah avant la fin de son mandat, prévu le 21 janvier. Ce dernier se serait depuis réfugié à Téhéran, estiment les médias israéliens.

Selon le quotidien, les services de renseignement locaux ont déjà démantelé une partie des réseaux impliqués mais craignent une déstabilisation sécuritaire du Liban alors que la situation sociale et économique est explosive. Une partie des crimes actuels serait ainsi induite par la dégradation de la situation économique, avec hausse de la violence ou encore des vols.

Par ailleurs, les conditions sont également rendues difficiles en raison de la crise politique actuelle.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն