La commission européenne à Bruxelles. Image by Jai79 on Pixabay
La commission européenne à Bruxelles. Image by Jai79 on Pixabay

le ministère français des affaires étrangères a indiqué que l’union européenne se prépare à mettre en place un mécanisme de sanctions visant les hommes politiques libanais accusés de retarder le processus de formation d’un nouveau gouvernement seul capable de faire face à l’effondrement économique actuel.

Pour rappel, le Liban est sans gouvernement depuis huit mois maintenant après que le cabinet Hassan Diab ait démissionné le 10 août 2020 suite à l’explosion, le 4 août 2020, de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockés à l’intérieur du port de Beyrouth.

Dans le cadre du suivi de la réunion du Conseil des affaires étrangères [de l’UE] tenue le 22 mars, [le ministre français des Affaires étrangères] Jean-Yves Le Drian a rappelé à ses homologues européens la nécessité urgente d’aider le Liban à sortir de l’impasse politique et économique en accélérant le rythme des efforts européens visant à exercer une pression sur les responsables libanais [responsables] de l’obstruction actuelle
Communiqué du Quai d’Orsay
Tweet

Le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité, Josep Borrell, aurait ainsi distribué aux États membres une liste des options disponibles préparée à la demande française et allemande. Celui-ci stipule les conditions nécessaires pour mettre en oeuvre le plus rapidement possible, les réformes nécessaires au déblocage de l’aide du Fonds Monétaire International (FMI) et de la communauté internationale.

Ce même document précise que si un gouvernement n’est pas formé, des sanctions seraient mises en place en deux étapes, la première étant l’élaboration d’un régime de sanctions visant le Liban et la deuxième, l’identification des personnes en faisant l’objet et qui sont accusées de bloquer le processus de formation de ce cabinet. Toute décision d’imposer des sanctions aux politiciens libanais devrait cependant faire l’unanimité entre les États membres de l’UE.

Les avoirs de ces personnalités politiques libanaises pourraient être gelés, notamment leurs biens immobiliers, investissement ou encore comptes bancaires. Ils pourraient également faire l’objet d’interdiction de voyager au sein de l’espace européen. Ces sanctions pourraient être élargis à leurs proches comme leurs enfants actuellement scolarisés au sein des universités européenne.

Pour l’heure, les négociations entre la présidence de la république et le premier ministre désigné Saad Hariri sont toujours dans l’impasse, la présidence de la république attendant toujours du premier ministre ses nouvelles propositions quant à l’attribution des portefeuille ministériel. Saad Hariri campe de son côté sur ses propositions précédentes d’un gouvernement de 18 membres alors que le courant du futur accuse le CPL d’exiger un tiers de blocage au sein de la prochaine équipe, ce que réfute le mouvement aouniste.

Des sources proches du dossier indiquent que les principaux différends entre les 2 camps portent toujours l’attribution des ministères de l’intérieur et de la justice, alors que des enquêtes en cours portent à l’encontre de proches du premier ministre désigné Saad Hariri et qu’un audit juricomptable de la Banque du Liban pourrait montrer de graves anomalies dans la gestion de la Banque Centrale par son gouverneur, Riad Salamé dont le premier ministre est aussi un proche.

A country without a government as the economic crisis hits it hard

Lebanon has been without government since the resignation, on August 10, of outgoing Prime Minister Hassan Diab.

The formation of a new government is considered as one of the preconditions for the relaunch of negotiations with the International Monetary Fund in order to obtain the release of financial aid from the international community in the face of the economic crisis that Lebanon is going through.

Following Mustafa Adib’s failure to form a cabinet, former Prime Minister Saad Hariri, who resigned following major protests in October 2019, was tasked with forming a new government in October 2020.

In an attempt to unblock the situation, the former prime minister promised the Amal movement to allocate the portfolio of the finance ministry to a member of the Shiite community. He also reiterated that Lebanon could do without a state of default, thus denying the gravity of the economic crisis however experienced by the population, with 55% of it now living below the poverty line while the economic recession has reached 29% according to some reports for the year 2020.

However, Saad Hariri’s proposals for an 18-member cabinet clash with the Presidency of the Republic, who points out that if the Shiite and Sunni communities choose their representatives, the Christian representatives in the new cabinet would also be chosen by the former. designated minister. General Aoun de facto considers that the current proposals of the Prime Minister contravene both the Lebanese constitution and the national pact.

The latter, for his part, accuses the head of state of wanting to obtain a blocking third party within his new cabinet.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.