Répondant à une question posée par la député Paula Yacoubian, le Président de la Chambre, Nabih Berri, a indiqué qu’il ne convoquera l’assemblée électorale que lors qu’un consensus sera obtenu afin d’élire un nouveau président de la république.

La député Paula Yacoubian. Crédit Photo: Parlement Libanais

“Il s’agit de mes prérogatives. J’apprécie que lorsqu’il y a un consensus et j’appellerai à une session. Le risque est que nous entrions au parlement et qu’il n’y ait pas de consensus, et il y aura division. Donc une délibération est nécessaire sur cette question, et quand je trouverai un consensus. (…). Nous voulons un compromis et quelque chose de votre part, alors vous me trouverez immédiatement en train d’organiser une session”, a déclaré le président du parlement, des paroles qui rappellent les propos tenus par le patriarche maronite Béchara Boutros Rahi ou encore l’ancien député Walid Joumblatt en faveur de l’élection d’un président consensuel et non de confrontation comme le réclame le dirigeant des Forces Libanaises Samir Geagea.

Pour rappel, le mandat du président de la république actuel, le général Michel Aoun, s’achève ce 31 octobre à minuit sur fond de crainte de voir le Palais de Baabda rester vide alors que le Liban traverse une période critique caractérisée par une importante crise économique d’une ampleur considérable.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Un commentaire?