FactCheck: La Présidence de la République et Pâques

297

Les fêtes de Pâques sont tristes en ces temps de crise et alors que les libanais pourraient être touchés par des pénuries de produits alimentaires et de dégradation du pouvoir d’achat.

Cette information est fausse

Circulent sur les réseaux sociaux, des photographies prises du compte Instagram de la fille du Président de la République, Claudine Aoun Roukoz, avec beaucoup pensant qu’il s’agirait des célébrations pascales de cette année.

Evidemment, cette pilule ne passe pas, certains s’interrogeant sur le prix du chocolat utilisé afin de confectionner ces oeufs de Pâques alors que désormais l’immense majorité de la population peine à trouver de quoi manger, faute de prix, voire même faute de trouver aussi.

s’il s’agit effectivement des fêtes de Pâques qui ont eu lieu au Palais Présidentielles de Baabda, cette nouvelle est fausse.

Ces photographies remontent, en effet, au 31 mars 2018, comme on peut le voir sur le site du Photographe officiel de la Présidence, à savoir Dalati & Nohra.

Sur cette série de photographie, on voit donc les mêmes oeufs de Pâques exposés dans le hall de la Présidence de la République, en présence de Claudine Aoun et de sa mère, l’épouse du chef de l’état.

Il s’agissait à l’époque de permettre à des créateurs libanais de montrer leurs oeuvres respectives.

Ces photographies étant sorties aujourd’hui en dehors de leur contexte d’alors, évidemment l’information doit être considérée comme fausse et tendent à déformer, voire même à décrédibiliser la crise économique et financière que traverse actuellement le Liban.

Alors que la situation actuelle au Liban est critique, il suffit de peu pour faire croire à la population tout et n’importe quoi et ainsi les instrumentaliser. Cependant, l’information elle, doit être vérifiée.

Quand vous doutez de la réalité d’une photographie et que vous souhaitez la vérifier, des outils simples sont accessibles à tous, comme par exemple, une recherche inversée via Google Image.

Attention à des nouvelles qui tendent à faire douter au final de la réalité de la crise économique

Cette crise est réelle.

Ainsi, les prix des matières alimentaires ont augmenté de 133% pour la seule année de 2020, indiquent les statistiques officielles, amenant beaucoup à une précarité alimentaire, précarité d’autant plus importante que désormais plus de 65% de la population se retrouve à vivre avec moins de 6 USD par jour et que le salaire minimum atteindrait moins de 80 USD par mois.

Il existe par exemple un outil au Liban qui s’appelle le Fattoush index, similaire au fameux Big Mac Index du magazine The Economist. L’indice Big Mac permet de vulgariser certains concepts. Il se base sur la théorie de la parité des pouvoirs d’achat («Purchasing Power Parity» ou PPP), un taux de conversion monétaire permettant d’exprimer dans une unité commune les pouvoirs d’achat de différentes monnaies.

Le Fattoush, plat généralement considéré comme accessible pour les personnes les plus vulnérables, n’ayant pas l’emprise internationale du Big Mac, a été lui-même mis en place par le Ministère de l’Economie. Il permet, quant-à-lui, de voir l’évolution des prix au cours des dernières années.

Le prix pour préparer ce fameux plat local a ainsi augmenté de 210% en 2021 pour atteindre 18 500 LL. Ce prix n’était que de 6 000 LL en 2020 et de 4 500 LL en 2019, montrant ainsi la dégradation du pouvoir d’achat de la population…

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն