Ces dernières semaine ont été marquées par des représailles des déposants en colère, après 3 ans de vexations et de procédures inachevées.

Cependant, quand des anciens membres de la gendarmerie comme hier ou de l’Armée libanaise comme il y a 3 semaines avec un colonel à la retraite, quand un consul honoraire d’Irlande au Liban, voire même aujourd’hui des députés, élus de la nation au final, soi disant braquent des banques selon les médias affiliés aux banques et les traitent quasiment de criminels, il y a de quoi s’interroger sur leur indépendance réelle par rapport aux intérêts qu’ils possèdent.

Ces personnes ont vécu dans le respect des lois et des règles toutes leurs vies pour être privées du fruit du travaux de la sueur de leur front.

Il est inacceptable de voir ces personnes qui ont été au service de la nation mettant parfois même leurs vies en danger être traitées de criminels par des affidés de banquiers dont la conscience a été au final vendue au plus offrant quand d’autres crèvent de faim.

85% des libanais vivent sous le seuil de pauvreté et 40% dans un état de pauvreté extrême.

Parallèlement certains s’enrichissent via Sayrafa jusqu’à effectuer des marges de 15% par transaction en vendant des dollars au marché noir, puis en rachetant sur Sayrafa puis revendant au marché noir et répétant autant de fois cette procédure, engraissant ainsi leurs portefeuilles … parce qu’ils jouissent de protection mais surtout de l’appui des banques, principales intermédiaires de cette plateforme. Il suffit de noter quotidiennement les volumes des transactions sur Sayrafa pour constater des anomalies expliquées par ces détournements de fonds alors que les subventions aux carburants et médicaments ont cessé. Les dernières réserves de la BDL sont ainsi offertes sur un plateau par ces établissements à des spéculateurs.

Oser même publier un communiqué comme celui de l’Association des Banques du Liban hier, démentant toute responsabilité dans la crise comme hier est inexcusable et inqualifiable. Il s’agit d’une attitude criminelle payée par le sang, les larmes, l’exode, la violence à l’encontre de la population.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Un commentaire?