Le navire ukrainien, premier cargo à avoir quitté le port d’Odessa, serait en chemin pour la Turquie et non pour le Liban. La cargaison comportant 26 000 tonnes de maïs destiné à l’alimentation des poules et autres volatiles aurait été finalement vendue au plus offrant et devrait atteindre dans les heures à venir le port de Mersin alors que des sources locales au Liban mettent en cause certaines banques pour ne pas avoir effectué à temps le versement des sommes nécessaires pour sécuriser l’achat de cette cargaison, allusion aux retards pris par la banque du Liban à ouvrir les lignes de crédit nécessaires à l’achat des produits de première nécessité.

Des sources libanaises estiment que ce refus de voir ce navire délivrer sa marchandise au Pays des Cèdres pourrait intervenir en représailles à l’autorisation donnée par le Liban au départ d’un navire céréalier syrien transportant une importante quantité de blé. Kiev accuse Moscou de s’être emparé d’une grande partie des récoltes des zones dont une partie se trouverait à bord de celui-ci. Pour rappel, un conflit a actuellement lieu entre les 2 pays.

Très attendu, l’arrivée du Razoni constitue une bonne nouvelle pour de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique menacés par la hausse des prix des matières alimentaires avec les risques de famine induites par cette crise. Le passage du Razoni a été garanti par la Turquie suite à des négociations indirectes entre Kiev, Ankara et Moscou. L’accord conclu est d’une durée de 4 mois. Il est suivi par d’autres navires céréaliers à destination d’autres pays, même si pour l’heure, aucune information ne circule concernant l’arrivée prochaine d’un navire depuis l’Ukraine au Liban.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.