Si le CAC 40 m’était conté

Les dirigeants des grandes entreprises, qui avaient beaucoup réduit leur rémunération en 2020, pourraient percevoir 5,4 millions d’euros en moyenne cen 2021, soit 1,6 million de plus qu’en pleine crise sanitaire, et accélérer sur les critères liés au climat, selon une étude présentée en tandem par l’Hebdo des AG et le cabinet d’avocats Avanty, spécialisé en rémunération des dirigeants. Dans le détail, les rémunérations des patrons des entreprises de l’indice boursier CAC 40, qui avaient reculé de 21% à 3,8 millions d’euros en moyenne l’an dernier, devraient rebondir fortement à 5,4 millions d’euros.

Le CAC, qui signifie Cotation Assistée en Continu, a été créé le 31 décembre 1987 par la Compagnie des agents de change. L’indice CAC 40 est déterminé à partir des cours de quarante actions cotées en continu sur le premier marché parmi les cent sociétés dont les échanges sont les plus abondants sur le marché.

Le lieu historique que le CAC 40 a longtemps occupé à Paris est le palais Brogniart, place de la Bourse 75002 Paris. Depuis que le CAC 40 est indexé à Euronext, il n’existe plus de bourse physique à Paris. Seuls des bureaux Euronext sont présents dans le quartier d’affaires de La Défense, où se déroulent les introductions en bourse.

Parmi les principales entreprises du CAC 40 figurent Dassault, AIRBUS GROUP, AIR LIQUID, ATOS, BNP PARIBAS, BOUYGUES, CAPGEMINI, CARREFOUR, CREDIT AGRICOLE, L’OREAL etc…

Les autres indices boursiers internationaux sont les suivants

  • États-Unis: Le Dow Jones: créé en 1928, composé des 30 valeurs principales du New York Stock Exchange (NYSE). C’est l’indice le plus symbolique de la Bourse de New-York, majoritairement composé du secteur industriel.
  • Royaume Uni: L’équivalent anglais est l’indice FTSE 100 -que l’on appelle également de façon familière, le «footsie»- indice boursier des cent entreprises britanniques les mieux capitalisées cotées à la bourse de Londres, leur capitalisation représentant plus de 70% du marché londonien.
  • Japon: Le Nikkei 225 (Nihon Keizai Shimbun): créé en 1949, est composé de 225 titres cotés à la Bourse de Tokyo.
  • République Fédérale d’Allemagne: Le DAX30 (Deutscher Aktienindex), créé en 1987, inclut les 30 entreprises les plus importantes cotées à la Bourse de Francfort

La rémunération patronale en France: Vive le Covid.

Tous les groupes du CAC 40 ont bénéficié d’aides publiques directes ou indirectes à l’occasion de la crise sanitaire. Seulement 8 d’entre eux ont renoncé au versement de dividendes. Plus de 60.000 suppressions d’emplois ont déjà été annoncées par les groupes du CAC40, sans parler des conséquences de leurs plans d’économie sur leurs fournisseurs et sous-traitants.

Les dividendes versés par le CAC 40 ont augmenté de 269% depuis l’an 2000, alors que ses effectifs en France baissaient de 12% sur la même période.

La rémunération des patrons du CAC 40 s’est élevée à 5,5 millions d’euros en 2019, en augmentation de 500.000 euros par rapport à 2017, laquelle avait déjà fait un bond de 14% par rapport à 2016, selon une étude publiée jeudi 29 octobre 2020 par l’Observatoire des multinationales.

En tête du classement figure Bernard Charliès, directeur général Dassault Systèmes, (24,7 millions d’euros), suivi de François Henri Pinault de Kerring (16,6 millions) et de Daniel Julien, PDG de Télé performance, un nouveau venu dans le classement, avec un salaire de 13,2 millions d’euros.

A noter la performance du PDG de Tele performance, Daniel Julien, l’inconnu du CAC 40 qui a gagné 17 millions d’euros en 2020. Sa société est entrée au CAC 40 en 2020. Son salaire a été de 3,8 millions d’euros. Une rémunération à laquelle il peut ajouter ses 58 000 actions de l’entreprise, dont le cours monte en bourse

283.900 pertes d’emploi

En contre point, 283.900 emplois au total en ont disparu en 2020, du fait de la pandémie. La baisse s’élève à 320.300 emplois dans le privé sur l’année, quand 36.200 emplois ont été créés dans le secteur public. Les pertes sont particulièrement nombreuses dans le tertiaire marchand (-326.000) et l’industrie (-57.500).

Le tertiaire non marchand, la construction et la fonction publique ont, à l’inverse, créé des postes.
Pour rappel, le géant du luxe Kering, qui détient en France les marques Balenciaga et Yves Saint Laurent, est visé depuis février 2019 par une enquête pour «blanchiment de fraude fiscale aggravée», a annoncé mercredi 16 décembre 2020 Mediapart.

Selon le média en ligne, cette enquête vise le volet français d’un montage fiscal qui aurait permis au groupe dirigé par François-Henri Pinault de déclarer en Suisse des activités menées dans d’autres pays, principalement en Italie. Le groupe aurait ainsi éludé «2,5 milliards d’euros d’impôts entre 2010 et 2017, dont au moins 180 millions en France», affirme Mediapart

Outre le salaire proprement dit, les patrons du CAC 40 ont empoché en moyenne plus de 500.000 euros de dividendes au titre de l’exercice 2019. Le palme en la matière revient au patron de L’Oréal Jean Paul Agon qui touche 4,6 millions en sus de son salaire qui s’élève à 9,8 millions soit au total 14,4 millions d’euros. … parce qu’«il le vaut bien».

Le CAC 40 dans la bataille présidentielle américaine de 2020 Donald Trump versus Joe Biden

Les filiales américaines des grandes entreprises françaises ont consacré leurs efforts financiers à soutenir des candidats au Congrès, évitant, prudents, les deux candidats à l’élection présidentielle. Mais les Français ont majoritairement apporté leur soutien aux candidats républicains de préférence aux démocrates. En tête du palmarès des donateurs figure SANOFI qui a versé 843.844 dollars en faveur des Républicains. Le groupe pharmaceutique français fait ainsi preuve de générosité avec l’argent des contribuables français.

En dix ans (2009-2019), Sanofi a en effet bénéficié de 150 millions par an de Crédit Impôt Recherche, soit 1,5 milliards en dix ans, ce qui revient à dire que le contribuable français a indirectement subventionné les élections américaines pour le compte du groupe pharmaceutique.

Toujours dans le camp républicain, 2me au classement des contributeurs figure, AXA (58.869 dollars), un des plus gros assureurs de l’industrie gazière et pétrolière, suivi du groupe sidérurgique Arcelor Mittal, Airbus. En revanche trois entreprises françaises ont misé, elles, sur des candidats démocrates: BNP Paribas, Vivendi et Total.

Sans compter les dépenses de lobbying du CAC 40 à Washington. Pour 2019, le groupe SANOFI est également en tête avec 5.117.000 dollars, suivi d’Airbus, de Vivendi, d’Arcelor Mittal et d’Axa.

Évasion fiscale: 425 milliards de dollars planqués dans les paradis fiscaux

427 milliards de dollars ont échappé au fisc, en 2020, en pleine pandémie du Covid, planqué dans des paradis fiscaux, un chiffre sensiblement équivalent au plan de sauvetage de l’Union européenne.

Les multinationales ont leur responsabilité à hauteur de 245 milliards de dollars, les particuliers à hauteur de 182 milliards, selonun rapport publié en novembre 2020 par trois ONG: Tax Justice, Network, Public Services International et Alliance Globale pour la Justice Fiscale qui rassemble des centaines d’organisations dans le monde, dont la plate forme «Paradis fiscaux et Judiciaires» en France.

Pour rappel Tax Justice Network, réseau pour la justice fiscale, crée en 2003, est un réseau international indépendant. Public Services International est une fédération de plus de 700 syndicats représentants 30 millions de travailleurs dans 154 pays. L’Alliance Globale pour la Justice Fiscale est un mouvement d’organisations de la société civile qui regroupe cinq réseaux régionaux: Afrique, Amérique Latine, Asie-Australie, Amérique du Nord, Europe.

Empreinte carbone

Parallèlement, les six grandes banques françaises -BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Banque Populaire Caisse d’épargne, Crédit Mutuel et la Banque Postale,- ont eu en 2019 une empreinte carbone qui représente huit fois les émissions du gaz à effet de serre de la totalité de la France.

3,3 milliards de tonnes équivalent CO2 par an, comparées aux 445 millions de tonnes pour la France, selon un rapport de l’ONG britannique Oxfam publié en octobre 2020.

L’argent des dépôts bancaires se hisse ainsi, paradoxalement, parmi les grands pollueurs de l’atmosphère en France, le premier poste d’émissions CO2. Autrement dit, ils empochent notre argent et nous enfument. Chapeau les banques, des joueurs de bonneteau.

Des amendes pour facturation excessive

Dans le même ordre d’idées, des amendes d’un montant total de plus de 2,8 millions d’euros ont été infligées à six banques françaises au titre de la répression des fraudes pour la facturation de frais excessifs lors de paiements par cartes bancaires……Sans doute pour compenser les dépenses de publicité consacrées à appâter la clientèle.

Ces amendes ont été infligées par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) aux banques suivantes:
BNP Paribas (1,494 million d’euros d’amende), la Banque Postale (1,168 million d’euros), la Banque populaire du Grand Ouest (74.446 euros), la banque Afone (58.200 euros), la Caisse régionale Crédit agricole Normandie (48.276 euros) et la Caisse fédérale du Crédit mutuel Maine Anjou Basse-Normandie (35.600 euros).

La France puissance multinationale

La puissance économique décisive de la France offshore

« Même si son investissement direct à l’étranger a connu une baisse de régime après 2008, la France reste est demeure une puissance multinationale.

Voici quelques données pour en prendre la mesure

Après les pays anglo-saxons, la France est le pays qui compte le plus de firmes multinationales non financières dans le top 100 mondial, lorsque l’on classe ces dernières par la taille de l’actif implanté à l’étranger: Douze contre 20 pour les États-Unis, 14 pour le Royaume-Uni, devant l’Allemagne et le Japon, et encore plus nettement devant la Suisse, la Chine, l’Espagne ou l’Italie.

Autre indicateur pour prendre la mesure de notre internationalisation productive: le stock d’investissement que détient la France sur l’étranger: ce stock était évalué à 1 452 milliards de dollars en 2017, ce qui ne signifie pas grand-chose en soi.

Le chiffre devient parlant lorsqu’on le rapporte au PIB pour corriger l’effet de taille des économies. On constate alors que lorsque l’on élimine les petits paradis fiscaux, siège des holdings, la France est bien en proue en matière d’internationalisation de ses entreprises. Il faut la comparer alors à des économies de taille équivalente. » (Source : XERFI CANA8- La pandémie du Covid, source de richesse pour les milliardaires.

Si la pandémie du Covid a fait basculer des millions de personnes dans la pauvreté, les 1.000 milliardaires les plus fortunés de la planète ont retrouvé en neuf mois seulement leur niveau de richesse d’avant la crise.

Tel est le constat dressé par l’ONG britannique Oxfam, dans son traditionnel rapport sur les inégalités, publié à l’occasion du forum économique mondial de Davos, qui se tient, –virtuellement en raison du Covid–, du 25 au 29 janvier 2021.

Selon Oxfam France, les dix personnes les plus riches du monde, dont le français Bernard Arnault, ont vu leur fortune augmenter de 540 milliards de dollars (369 milliards d’euros) depuis le début de la pandémie. «En 2008, il avait fallu cinq ans pour que la richesse des milliardaires retrouve son niveau d’avant la crise», souligne le rapport.

Depuis la crise sanitaire: Ironie suprême, sur un an, la fortune cotée en Bourse de cinq grandes familles françaises vient de faire un bond de 60 milliards d’euros. Alors, évidemment, Arnault (LVMH), Bettencourt (L’Oréal), Hermès (groupe homonyme), les Hériard Dubreuil (Rémy Cointreau) et Mérieux (bioMérieux) ne vont pas sabler le champagne tant cette «majoration» financière apparaît bien inconvenante au regard des règles les plus élémentaires de la bienséance

Les grandes entreprises françaises cotées de l’indice SBF120 devraient verser 52 milliards d’euros de dividendes en 2021, d’après IHS Markit. Soit un rebond de 42 % en un an, d’autant plus impressionnant que les dividendes versés cette année aux actionnaires le sont au titre des résultats 2020, année marquée par une crise particulièrement brutale qui a vu les bénéfices du CAC 40 fondre de moitié.

En parallèle, La France est fragilisée par une dette publique qui a atteint en mars 2021 le niveau record de 118,2% du produit intérieur brut (PIB), soit 2.739,2 milliards d’euros, selon l’Insee,

Rendez vous en 2022 pour admirer les belles performances du CAC 40 de 2021, au terme de deux ans de pandémie, marqués par les dégât du Covid, les considérables destructions d’emploi et la paupérisation croissante de la population. (Golias Hebdo N°646 semaine du 12 au 18 novembre 2020 et Golias Hebdo N°647 semaine du 19 au 25 novembre 2020).

Pour aller plus loin sur ce même thème; cf le scandale Open Lux (les paradis fiscaux du duché du Luxembourg), 3me place financière d’Europe après Londres et Zurich.

Lecteur vidéo

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

René Naba | Journaliste, Ecrivain Français d’origine libanaise, jouissant d’une double culture franco arabe, natif d’Afrique, juriste de formation et journaliste de profession ayant opéré pendant 40 ans au Moyen Orient, en Afrique du Nord et en Europe, l’auteur dont l’expérience internationale s’articule sur trois continents (Afrique Europe Asie) a été la première personne d’origine arabe à exercer, bien avant la diversité, des responsabilités journalistiques sur le Monde arabo-musulman au sein d’une grande entreprise de presse française de dimension mondiale.