Les manifestations se poursuivent en cette 83ème journée avec pour objectif de relancer le mouvement après la période des fêtes. Au menu, le blocage des institutions et la poursuite du blocage de certaines routes puis de leurs réouvertures.

À Zahlé, les protestataires d’une grande partie de la Békaa se sont rassemblés à proximité du Sérail de la ville, des services financiers locaux du Ministère des Finances et d’institutions comme Ogero et LibanPost pour en bloquer les entrées avec un grand drapeau du Pays des Cèdres. Ils entendent ainsi protester contre la politique fiscale de l’état mais également les ponctions financières dont ils se disent victimes.

Au Nord du Liban, l’autoroute de Halba est fermée au trafic routier. Les manifestants exigent la libération d’un de leurs membres accusé de s’en être pris à un membre des Forces de Sécurité. Parmi les autres routes bloquées, les autoroutes d’al-Beddawi et al-Minnieh alors que le mouvement se poursuit toujours place Al Nour à Tripoli.

C’est également le cas dans le Kesrouan où certaines routes ont été fermées au trafic routier dès hier soir, comme à Zouk Mosbeh. Cette portion a été rouverte au trafic après intervention de l’Armée Libanaise. Ils entendent aussi protester contre l’arrestation d’une personne accusée d’avoir tenté d’incendier un établissement bancaire de la région.

Pou rappel, les manifestions ont toujours lieu depuis la nuit du 17 au 18 octobre quand le précédent gouvernement avait décidé d’instaurer de nouvelles taxes. Les manifestants dénoncent la classe politique accusée de corruption et d’avoir mené le Liban à la quasi-faillite financière avec un taux d’endettement public atteignant 154% du PIB

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն