Le Liban traverse une crise sans précédent, exacerbée par des défis économiques et climatiques majeurs. Un récent rapport de la Banque mondiale, publié en mars 2024, met en lumière l’impact dévastateur des changements climatiques sur le développement économique et social du pays, tout en proposant des voies pour une reprise résiliente et bas carbone.

Contexte Économique et Social

Le Liban est confronté à l’une des crises économiques les plus graves de l’histoire moderne. Entre 2018 et 2021, le PIB du pays a chuté de 55 milliards de dollars à 23 milliards de dollars, effaçant plus de 15 ans de croissance économique. La pandémie de COVID-19, l’explosion du port de Beyrouth, et la récente hausse des prix des denrées alimentaires et du pétrole due à la guerre en Ukraine ont intensifié la crise. Cette situation a entraîné une augmentation spectaculaire du chômage, de la pauvreté et de l’émigration des jeunes talents.

Défis Climatiques

Les impacts du changement climatique au Liban sont déjà visibles et devraient s’aggraver. La température moyenne devrait augmenter de 1,7°C à 2,2°C d’ici 2040, entraînant des vagues de chaleur plus fréquentes et une variabilité accrue des précipitations. Ces changements climatiques réduiront la disponibilité de l’eau de 5,7 % à 9 % et affecteront gravement des secteurs clés comme l’agriculture et le tourisme.

Impacts sur les Secteurs Clés

  • Agriculture : Les rendements des cultures irriguées pourraient diminuer de 0,3 % à 8,7 %, et ceux des cultures pluviales de 3,5 % à 7,5 %, entraînant des pertes financières annuelles pouvant atteindre 250 millions de dollars.
  • Tourisme : La réduction des jours de neige menace directement le tourisme hivernal, avec des pertes économiques estimées à 75 millions de dollars par an. La fréquence accrue des incendies de forêt en été menace également le secteur croissant de l’écotourisme.
  • Eau et Transport : La baisse de la disponibilité de l’eau et les dommages aux infrastructures de transport en raison des glissements de terrain et des inondations représentent des défis majeurs pour la résilience du pays.

Stratégies de Reprise et Adaptation

Le rapport propose des investissements urgents et à long terme pour une reprise verte et résiliente :

  • Secteur de l’Énergie : La décarbonisation du secteur énergétique, notamment par l’investissement dans l’énergie solaire et le gaz naturel, pourrait réduire les coûts économiques de 41 % et les émissions de CO2 de 43 % d’ici 2040.
  • Gestion de l’Eau : La réhabilitation des réseaux d’approvisionnement en eau et l’amélioration de l’efficacité de l’utilisation de l’eau sont essentiels pour augmenter la résilience du secteur.
  • Transport et Déchets Solides : L’électrification des transports publics et une gestion durable des déchets solides peuvent réduire les émissions de GES et améliorer la santé publique.

Gouvernance et Engagement

La capacité du Liban à s’adapter aux chocs climatiques dépendra de la rapidité de sa sortie de crise actuelle et de l’investissement dans des mesures d’adaptation. Le renforcement de la gouvernance et l’engagement des citoyens sont cruciaux pour la mise en œuvre des politiques climatiques. L’amélioration de la transparence et de la responsabilité, ainsi que le soutien aux initiatives locales et privées, sont essentiels pour la réussite de ces efforts.

En conclusion, le rapport de la Banque mondiale souligne l’urgence de prendre des mesures climatiques intégrées pour soutenir la reprise économique et le développement durable du Liban. Les investissements dans l’énergie propre, la gestion de l’eau, les transports et les déchets solides, ainsi que la gouvernance améliorée et l’engagement des citoyens, seront déterminants pour l’avenir du pays.

Source : Banque mondiale, Rapport sur le Développement et le Climat au Liban, mars 2024.

P179617111e46d05c187b91daa689f7b351
Newsdesk Libnanews
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Un commentaire?

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.