Lors d’un entretien avec le patriarche maronite Béchara Boutos Rahi ce matin, le dirigeant des Forces Libanaises Samir Geagea accompagné par son épouse, la député Strida Geagea, a une nouvelle fois demandé la révocation du juge militaire Fadi Akiki.

Pour rappel, ce dernier avait souhaité entendre Samir Geagea dans le cadre des incidents de Tayyouneh qui avait fait plusieurs morts lors d’une manifestation et est également à l’origine de l’interrogatoire de l’évêque maronite Mgr Moussa Al-Hajj, lors de son passage depuis Israël vers le Liban avec une importante somme d’argent estimée à 460 000 USD ainsi que des médicaments.

Cette importante somme lui aurait été donnée par des libanais résidant en Israël afin d’être transférés auprès de leurs familles restées au Liban.

Samir Geagea a estimé que l’action du juge militaire n’est pas “la première violation mais il y a de nombreuses violations, surtout cette fois parce que le tribunal militaire a rendu une décision en mai dernier. Il n’a pas le pouvoir de statuer sur l’affaire de l’archevêque Al-Hajj“.

La question des élections présidentielles a également été abordée par les 2 hommes, qui appellent à un scrutin “le plus tôt possible et dans les délais constitutionnels, étant donné qu’il n’y a plus d’espoir pour l’autorité en place

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.