The President of the Republic, General Michel Aoun has publicly denounced the ill will of the Ministry of Finance Ghazi Wazni and the Governor of the Banque du Liban Riad Salamé without however directly naming them in the face of the various pitfalls and obstacles posed in the face of the forensic audit of Banque du Liban accounts and called for a meeting of the Hassan Diab government to examine this file and reveal the underside of what he describes as almost a sabotage of the process.

The head of state also accused the governor of the Banque du Liban of practices contrary to local financial legislation, such as the use of private deposits as currency reserves.

A meeting took place yesterday between representatives of the Ministry of Finance, the Bank of Lebanon and the Alvarez & Marsal cabinet, without result, deplores the President of the Republic. It was decided to hold another meeting this Friday, which confirms that there is no willingness on the part of some parties to conduct the forensic audit process.

The President of the Republic thus began by recalling the various steps taken by certain parties to avoid this audit of the central bank. He also recalled that this procedure is not only a personal request from the Head of State but also from the international community, a prerequisite for the release of funds from CEDRE and the IMF.

Before my return to Lebanon in 2005, I was aware of the risk of financial collapse, and when I became a deputy and leader of a parliamentary bloc, I insisted that a forensic audit be carried out on the accounts. of the Central Bank and that a special tribunal for Financial crime is established, but both demands have been made.
(…)
After I was elected president, I tried for 3 years, unsuccessfully, to open the door to a forensic audit to protect people’s deposits; The financial and monetary crisis is worsening and signs of collapse began in July 2019 and were revealed on October 17 of the same year.

Before my return to Lebanon in 2005, I was aware of the risk of financial collapse, and when I became a deputy and leader of a parliamentary bloc, I insisted that a forensic audit be carried out on the accounts. of the Central Bank and that a special tribunal for Financial crimes is established, but the two claims have been put in drawers

Put aside political differences, called on the head of state, who calls on the population to trust him on this subject.

“You may disagree with me politically, but you will always find me by your side, and I present to you a battle that exposes the biggest looting operation in the history of Lebanon, so be with me.”

The head of state thus called on the outgoing government to meet to clarify the thefts and embezzlements committed by the Bank of Lebanon and the system in place, citing politicians and local banks, whom he accused of mismanagement, the supervisory and control bodies that have failed.

The speech of the President of the Republic

Dear Lebanese,

A few months have passed since the government of President Hassan Diab was tasked on March 26 last year, through Finance Minister Ghazi Wazni, with taking the necessary steps to carry out the criminal investigation into the accounts of Bank of Lebanon in order to know the reasons for the financial deterioration and to reveal them.

Doubts were confirmed day by day that the accounts of central banks were not transparent and did not know the extent of the loss of foreign currency reserve, which was covered by the funds of the depositaries contrary to the law.

The futile arguments were prevented by the Council of Ministers from hiring the global company ′ ′ ′ Kroll ′ ′ to carry out criminal checks, after enormous efforts the Council of Ministers agreed to entrust the company with Alvarez and Marsal.

The Minister of Finance was tasked with signing the contract on September 1, 2020, that is to say more than five months after the decision of the Council of Ministers.

Alvarez and Marsal through the Minister of Finance asked the Banque du Liban 133 questions. This one answered only 60 questions and refused to answer the others, either on the pretext that it is a violation of the monetary law and the loan, or because it does not has no answer.

On October 20 of last year, the company again asked the questions to the Banque du Liban and went unanswered.

The criminal investigation faced several obstacles. They claimed that the law on banking secrecy prohibited the examination of the accounts of the Bank of Lebanon. I sent a letter to the parliamentary council and its response was that the central bank accounts were subject to criminal scrutiny. We went further, the House of Representatives passed a law that suspends the application of the law on banking secrecy for a period of one year.

All these steps were completed, and the obstacle continued until the Minister of Finance admitted a few days ago that the Central Bank was refraining from answering a large number of questions from the company Alvarez and Marsal .

It has become clear that the aim of the delay is to drive the Lebanese to desperation to leave the country and thus stop the criminal investigations.

O Lebanese,

The fall of the criminal investigation means hitting the French initiative because there is no international aid, no Cedre conference, no Arab and Gulf support, no international fund.

The criminal investigation is the first step in finding out who caused the crime of financial collapse.

The criminal examination is not a personal request of the President of the Republic, but rather at the heart of the French initiative and the requests of the IMF, which is above all the request of all Lebanese.

For the custodian whose deposits were stolen from the bank and have evaporated, for a patient waited outside the door of the hospital and who has no money to enter, they are told that their funds are not not available.

For the student who traveled to receive the knowledge and suddenly stopped transferring money from his family, for the parents who are no longer able to insure the family money due to the collapse and of the deterioration of the ivy currency, for the retiree who relied on his compensation at the bank to spend the rest of his life with dignity.

Lebanese,

You may agree with me politically, but you will always find me by your side with the truth.
I present to you in the battle of revelation of the greatest plunder in the history of Lebanon, be with me.

Put aside your political differences and believe that we will not let them rob the people and defeat a father and insult a sick person.

We will not let them tear down the criminal examination or wipe out the state, the people, history and the future.

To political and non-political leaders, your responsibility is great before God, the people and the law, and what happened could not have happened if you had not provided the minimum cover to the central bank, to private banks and the Ministry of Money.

At the central bank, you take primary responsibility for violating the monetary and credit law, and you should have organized the banking work and taken steps to protect people’s money in the banks and enforce the coverage standards. and liquidity.

For the banks, your responsibility is clear and you cannot escape the truth.

People have entrusted their money to you, and you have spent the irresponsibility of greed for quick profit and without ′ ′ risk distribution ′ ′ to the demands of the profession.

All governments, departments, ministries, councils and bodies are responsible for every penny wasted over the years, and all should be included in the criminal investigation.

For the countries that claim to be in solidarity with the Lebanese people, you demand transparency in the central bank and in the whole banking sector and financial and monetary reforms, help us identify the money transfers that took after October 17 2019 financial smuggling.

This money is in foreign currency and was transferred from Lebanon to well-known banks around the world.

Such operations cannot be hidden.

If the decision is made, we are able to know which relates to the funds of the Lebanese abroad, and we are able to investigate and verify if this money is clean, how its owners got it and if it. there is possibility to recover these funds.

The criminal investigation is the beginning and perhaps a more difficult battle than the liberation of the land because it is against the corrupt and the “thief” who are more dangerous than the occupier and the client.

Whoever steals people’s money is stealing our homeland.

Lebanese,

Pay attention, the abandonment of the criminal investigation hit the government’s decision that I invite to convene an extraordinary session to make the appropriate decision to protect people’s deposits, reveal the reasons for the collapse and determine the responsibilities in anticipation of liability and recovery of rights.

I am Michel Aoun, President of the Republic and General whom you know.

I am calling you, not to be with me, but to be with yourself and with the future of your children.

Let’s reveal the facts together to recover the rights.
“We do not agree with the policy.”

Yes to the criminal investigation so that you live and that Lebanon lives ”.

Le Liban cumule les crises

Le Liban est, désormais, confronté à plusieurs crises, crise économique, crise liée au coronavirus, et désormais crise liée à l’explosion du port de Beyrouth, à laquelle s’ajoute désormais une crise politique en raison de la démission du gouvernement Hassan Diab.

Le Pays des cèdres est ainsi sans gouvernement depuis le 10 août dernier.

Pour l’heure, le déblocage de l’aide internationale est conditionné au résultat des négociations entreprises avec le FMI qui exige que se soient mises en place des réformes nécessaires, les réformes économiques et monétaires notamment. En effet, de nombreuses sources ou encore personnalités impliquées dans le dossier multiplient les déclarations indiquant que la communauté internationale n’accordera “pas de chèque en blanc au Liban”, suite au non-respect par Beyrouth de ses promesses et de son engagement à effectuer les réformes nécessaires à la relance économique déjà lors des conférences Paris I, II et III dans les années 2000.

La crise du secteur bancaire, bien que maquillée par les opérations d’ingénieries financières menées par la Banque du Liban, avait débuté bien plus tôt, en dépit des profits colossaux annoncés par les banques libanaises jusqu’à l’année dernière. En réalité, la Banque du Liban a ainsi reversé près de 16 milliards de dollars entre 2016 et 2018, vidant ainsi une grande partie de ses réserve monétaires en faveur des établissements bancaires.

Sur le plan économique, la crise qui a débuté en 2018 s’est révélée au grand jour durant l’été 2019 avec une pénurie en devises étrangères pourtant nécessaires à l’achat de produits de première nécessité notamment. Cependant, un inversement des flux financiers avait été constaté dès janvier 2019. Cette crise s’est ensuite accentuée suite à l’imposition de manière unilatérale par les banques libanaises d’un contrôle des capitaux, bloquant ainsi l’accès aux comptes.

Par ailleurs, la dégradation des conditions socio-économiques a abouti à de nombreuses manifestations dès octobre 2019, les manifestants dénonçant une classe politique considérée comme corrompue et en exigeant le départ.

Après la démission de l’ancien premier ministre Saad Hariri, le 29 octobre 2019, un nouveau gouvernement présidé par son successeur Hassan Diab a été constitué le 17 janvier 2020. Dès mars, les autorités libanaises ont annoncé un état de défaut de paiement sur les eurobonds arrivant à maturité. Par ailleurs, le Liban a ouvert les négociations avec le FMI en vue d’obtenir une aide économique d’un montant espéré de 10 milliards de dollars.

Cependant, les négociations, aujourd’hui suspendues, ont rapidement achoppé sur la capacité des autorités libanaises à mener les réformes nécessaires pour le déblocage de l’aide internationale ainsi que sur le dossier du chiffrage des pertes du secteur financier. Les autorités libanaises estiment ainsi que ses pertes atteindraient 241 000 milliards de livres libanaises sur la base d’un taux de change de 3600 LL/USD, soit 80 milliards de dollars environ, ce que refusent les banques locales via l’association des banques du Liban ou encore la Banque du Liban elle-même.

L’association des banques du Liban a ainsi activé ses relais présents au sein du parlement via la commission parlementaire des finances et du budget. Cette dernière, où sont présents certains actionnaires et représentants de banques locales, n’ont chiffré les pertes financières qu’à 81 000 milliards de livres libanaises sur la base d’un taux de change de 1507 LL/USD.

Désormais, ce chiffrage des comptes de la Banque du Liban devrait être mené par les cabinets Alvarez & Marsal pour l’audit juricomptable et par KPMG et Oliver Wyman pour l’audit normal. Pressenti dans un premier temps pour mener l’audit juricomptable, le cabinet Kroll, spécialisé dans la matière a été écarté suite aux pressions du président de la chambre Nabih Berri, estimant l’entreprise liée à l’état hébreu.

Parallèlement, l’association des banques du Liban a présenté un plan de sauvetage rejeté par le FMI et les autorités libanaises, prévoyant la vente d’une partie de l’or du Liban et la session pour une durée déterminée de biens publics. Ce plan est également rejeté par les spécialistes qui estiment que la vente de biens publics ne pourrait se faire qu’en les bradant en raison des circonstances actuelles.

Certaines sources évoquent désormais des pertes pour le secteur financier qui dépassent les 100 milliards de dollars, estimant que le Liban nécessiterait désormais un plan de relance de 63 milliards de dollars mais que seulement 26 milliards au maximum sont disponibles. Selon ces mêmes sources, toutes les banques libanaises sont aujourd’hui insolvables.

La situation économique s’est, par ailleurs, encore dégradée avec la détérioration de la valeur de la livre libanaise et la mise en place de différents taux de change : taux de change officiel à 1507 LL/USD, taux de change dit du-marché pour les agents de change ou encore certaines entreprises fixées par la banque du Liban, aujourd’hui à 3900 LL/USD et taux de change au marché noir, qui a fluctué jusqu’à atteindre les 9000 LL/USD, au mois de juin.

Enfin, l’explosion du port de Beyrouth, qui a ravagé également une grande partie de la capitale libanaise, a encore aggravé la situation, avec des dégâts estimés entre 10 à 15 milliards de dollars.

Ainsi, si le taux de croissance du produit intérieur brut est estimé à -14 % avant cette explosion, de nouvelles estimations font état d’une récession économique de – 24 % en 2020.

Parallèlement, le Liban est également touché par le coronavirus. Les mesures prises par les autorités se sont révélées être aujourd’hui insuffisantes et le pays des cèdres risque de perdre le contrôle de l’épidémie, avec une augmentation quasi incontrôlée du nombre de cas, notamment après l’explosion du port de Beyrouth. Désormais, les capacités hospitalières actuelles sont saturées depuis 2 semaines, amenant également à l’augmentation du nombre de décès depuis la fin du mois d’août.

Pour l’heure, certains experts proches du dossier notent avec inquiétude que les intérêts politico-économiques sont plus importants pour certains partis que l’intérêt général à bénéficier d’une aide économique face à la crise, jusqu’à estimer que les divisions traditionnelles des partis politiques se sont effacées au sein du parlement en faveur du parti des banques et des autres.

Aussi, certains de ces intérêts seraient allés même jusqu’à menacer d’une guerre civile si les réformes demandées par la communauté internationale étaient menées. Cependant, celle-ci demeure ferme sur ce dossier.

Lors de son déplacement au Liban à l’occasion du centenaire de la proclamation de l’état du Grand Liban, le 1er septembre 2020, au lendemain de la nomination de Mustafa Adib comme premier ministre, le président de la république française aurait ainsi remis aux dirigeants libanais, une feuille de route pour la mise en place des réformes économiques jugées nécessaires et en premier lieu, un diagnostic des pertes de la Banque du Liban. Cette feuille de route prévoyait également la mise en place d’ici 2 semaines, d’un gouvernement capable de mener ces réformes. Cependant, 15 jours après, suite à l’expiration du délai imparti, les autorités libanaises semblent avoir échoué à la mise en place d’un nouveau cabinet, suite notamment à l’annonce par Washington de sanctions économiques visant Ali Hassan Khalil, bras-droit de Nabih Berri et ancien ministre des finances, les autres partis politiques ayant accepté le principe de rotation des portefeuilles ministériels régaliens, à savoir la défense, l’intérieur, les affaires étrangères et les finances.

Le 21 septembre 2020, le président de la République estime que le Liban se dirige actuellement “en enfer” en raison de la dégradation des conditions sociales et économiques, reconnaissant par ailleurs que les réserves de la Banque du Liban – subventionnant actuellement l’achat de produits de première nécessité – seront épuisées d’ici peu.

Le 26 septembre, prenant donc acte de son échec, le premier ministre désigné annonce sa démission depuis le perron du Palais de Baabda, plongeant un peu plus le Liban dans la crise.

Pour sa part, le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé annonce, au mois d’août, la fin des subventions aux produits essentiels d’ici 2 à 3 mois en raison de la diminution des réserves monétaires de la Banque Centrale.

Cette annonce intervient alors que les négociations avec le Fonds Monétaire International sont toujours suspendues et que se déroule un audit juricomptable de la Banque du Liban.

Coup de tonnerre, le cabinet d’Alvarez & Marsal annonce son retrait de la procédure d’audit juricomptable, le 20 novembre 2020 après que la Banque du Liban ait refusé de répondre à 57% des questions posées, sous le prétexte du code du crédit et de la monnaie ou encore des législations liées au secret bancaire, plongeant le Liban dans l’incertitude. En effet, cet audit est désormais considéré comme essentiel pour l’obtention de l’aide de la communauté internationale. Le ministère des finances ou encore celui de la justice estimaient que le contrat ne violait pas les textes en vigueur.

Dans son allocution prononcée à l’occasion de la 77ème commémoration de l’indépendance du Liban, le Général Michel Aoun indique que la procédure devrait pourtant aller jusqu’au bout et envisage donc le recours au parlement pour forcer la Banque du Liban a obtempérer alors que le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé se trouverait à Paris afin, indiquent certaines sources, de trouver un accord avec la France, chef de file de la communauté internationale qui reste jusqu’à présent intraitable sur la nécessité de mener un audit juricomptable des comptes de la banque centrale.

Le 7 avril 2021, le Président de la République le général Michel Aoun a publiquement dénoncé la mauvaise volonté du Ministère des Finances Ghazi Wazni et du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé sans toutefois les nommer directement face aux différents écueils et obstacles mis face à l’audit juricomptable des comptes de la Banque du Liban et a appelé à une réunion du gouvernement Hassan Diab pour examiner ce dossier et révéler les dessous de ce qu’il décrit quasiment comme un sabotage de la procédure. 

Le chef de l’état a également accusé le gouverneur de la Banque du Liban de pratiques contraires à la législation financière locale, comme l’utilisation de dépôts privés comme réserves monétaires. Le Président de la République avait rappelé les différentes étapes faites par certains partis pour éviter cet audit de la banque centrale. Il a également rappelé que cette procédure n’est pas seulement une demande personnelle du chef de l’état mais également de la communauté internationale, une condition préalable au déblocage des fonds de CEDRE et du FMI.

Par ailleurs, face à la crise, certaines banques correspondantes de la BdL auraient clôture les comptes, indique dans une lettre Riad Salamé.

Il s’agirait notamment du cas des comptes dollars auprès de la Wells Fargo, des comptes en livre sterling de la HSBC, en couronne suédoise auprès de la Danske et des comptes dollars canadiens de la CIBS. 
Selon le gouverneur de la Banque du Liban, ces décisions seraient motivées par l’état de défaut de paiement, les campagnes politiques visant la Banque du Liban et par “le Tollé judiciaire”, allusion aux accusations de détournement de fonds et de corruption visant Riad Salamé lui-même 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.