Les forages exploratoires qui ont actuellement lieu dans le bloc 4 au large de la capitale libanaise, Beyrouth indiqueraient la présence probable de gaz, ont indiqué des sources anonymes au quotidien Al Joumhouria.

Pour rappel, ce forage exploratoire devrait atteindre une profondeur de 2 500 mètres en dessous du niveau de la mer et 1 500 mètres en dessous du fond marin.

L’annonce officielle ne pourrait cependant intervenir que dans les 2 mois qui suivront, comme initialement prévu par la compagnie française Total, maitre d’oeuvre du consortium formé avec les italiens d’ENI et les russes de Novatek qui avait gagné l’appel d’offre en 2017. Quant au forage, il ne devrait s’achever que vers la moitié de la semaine prochaine. Cependant, la compagnie française pourrait être obligée d’avancer cette annonce en raison de délits d’initiés menés par certaines personnes qui ont divulgué cette information et cela pour empêcher tout gain.

Il s’agira également d’étudier la faisabilité technique et économique de cette découverte. Si cela s’avère être possible, l’exploitation de ces ressources ne pourrait pas être également immédiate. Il s’agira de mettre en place les infrastructures nécessaires préalables, alors que le Liban traverse actuellement une grave crise économique qui ne pourra pas être par conséquent résolue par cette découverte.

Pour rappel, une campagne de forage exploratoires a actuellement lieu au large des côtes libanaises, dans le bloc 4 depuis le 29 février. Elles sont menées par le navire américain Tungsten Explorer affrété par la compagnie française.

Cette information intervient alors que le forage au niveau du bloc 9 dont une partie est revendiquée par Israël n’est toujours pas évoqué pour l’heure.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն