Al-Qaa : Terre de culture du safran au Liban.

514

Le safran serait l’épice la plus précieuse appelée l’or rouge. Délicats et rouges sont les pistils de sa fleur violacée. C’est dans un paysage au couleur de terre brulée par le soleil levant que se cultive le safran. Ici dans  le Qaa, village rural situé au pied de l’Anti-Liban à quelques kilomètres de la frontière syrienne, l’armée libanaise a combattu les terroristes l’été 2017.

Mais c’est ici aussi que Khalil et son fils Youssef Wehbé cultive depuis l’an 2000 le safran depuis que la fleur fut introduite comme alternative aux cultures illicites dans le Hermel. Mais cette zone riche en histoire est aussi réputée pour ses produits agricoles gorgés de soleil. En effet la famille Wehbé récolte les aubergines et les conserve dans des bocaux  fourrées d’ail et de noix. Appelées makdouss, ces aubergines sont un plat incontournable. La famille en a fait aussi sa spécialité. 

Si la quasi-totalité du safran consommée au Liban est importée et si le marché libanais en offre de qualités différentes, Youssef Wehbé en produit aujourd’hui le meilleur ; environ quatre kilogrammes de safran par an. Vingt ans après, le jeune homme poursuit sans faille son parcours de producteur de safran. La récolte se fait à la main en automne après que les premiers rayons du soleil levant fassent éclore les pétales.

Encore peu utilisé dans la cuisine libanaise, le safran est pourtant présent dans notre culture alimentaire traditionnelle. Il aromatise le riz des plats de viande et de poulet comme il est préparé en infusion. Déjà adopté par un grand restaurant beyrouthin, il se trouve déjà sur le marché local.  Ce n’est qu’une question de temps pour que les libanais l’utilisent dans des plats et desserts qu’ils réinventeront. Un jour peut-être nous nous régalerions d’une glace au safran du Qaa en parcourant la route de l’agritourisme du pays des cèdres. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Հայերեն

Née au Liban dans une famille qui aime parcourir le pays à la découverte de son histoire et son terroir. Raghida Samaha a fait des études en langues vivantes. Sa prédilection pour les voyages, les arts et les anciennes civilisations l’ont amené à suivre une formation de guide touristique au Ministère de Tourisme Libanais. En 2006-2007 un DES en journalisme francophone lui a permis de traduire ses découvertes dans le magazine Cedar Wings; un moyen d’attire l’attention des lecteurs au sujet des trésors du pays.