Le siège de l'Association des Banques du Liban après l'explosion du Port de Beyrouth. Crédit Photo: Libnanews.com
Le siège de l'Association des Banques du Liban après l'explosion du Port de Beyrouth. Crédit Photo: Libnanews.com

Certaines banques ont décidé de ne plus payer le personnel hospitalier “à moins que l’administration hospitalière n’obtienne les liquidités nécessaires pour couvrir la valeur de ces salaires et traitements”, estimant que ces établissements bancaires souhaitent ainsi que les hôpitaux fournissent les salaires à payer à leurs employés en espèce.

Cette chose est cependant impossible, estiment les hôpitaux qui seulement que leurs revenus sont basés sur des virements bancaires ou des chèques, et les liquidités qu’ils ont obtenues ne sont même pas suffisantes pour payer leur les dépenses en espèces et de mener leurs affaires quotidiennes

Pour l’heure, les banques refuseraient de répondre aux injonctions des hôpitaux qui menacent par conséquent de ne plus prendre en compte les chèques et les règlements autres qu’en liquide par mesure de réciprocité.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.