La livre libanaise poursuit sa baisse entamée depuis le milieu de la semaine dernière au marché noir.

Pour l’heure, la parité à l’achat au marché noir est de 17 525 LL/USD et à la vente de 17 575 LL/USD, se rapprochant petit à petit du seuil fatidique des 18 000 LL/USD qu’elle a déjà atteint il y a 3 semaines alors que le retrait du premier ministre désigné Saad Hariri – de retour au Liban après 3 semaines passées à Abu Dhabi – est désormais évoquée à l’issue d’une rencontre avec le président de la chambre Nabih Berri.

La dégradation de la parité est largement attendue et anticipée en raison de la fin prochaine du programme de subvention des produits de première nécessité qui devrait être remplacé par un programme de rationnement à destination des personnes les plus vulnérables.

Désormais la livre libanaise a perdu près de 90% de sa valeur face au dollar, induisant une perte importante du pouvoir d’achat de la population. Près de 77% de la population ne mangerait plus à sa faim et plus de 30% des enfants, indique un rapport de l’UNICEF. Le taux de chômage atteindrait 43% et plus de 65% de la population vivrait actuellement sous le seuil de pauvreté.

La Banque Mondiale estime, quant-à-elle, la crise économique et financière que traverse actuellement le Pays des Cèdres comme étant dans le top 3 des pires crises économiques depuis le 19ème siècle.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.