Le ministère de l’énergie et des ressources hydrauliques a annoncé que la Emirates National Oil Company (ENOC) avait remporté le premier appel d’offres visant à échanger 84 000 tonnes de pétrole irakien en fioul conforme aux spécifications des centrales électriques libanaises.

Pour rappel, les autorités libanaises et irakiennes ont signé le mois dernier un contrat en vue de fournir à Beyrouth 1 million de tonnes de carburant à prix privilégié. Ce carburant devra toutefois être échangé contre du fioul qui sera alors expédié au Liban à destination de l’Electricité du Liban. Chaque mois, entre 75 000 tonnes et 85 000 tonnes feront ainsi l’objet d’un appel d’offre sur une année. Outre ENOC, 2 autres entreprises avaient été approuvée à la fois par l’Irak et le Liban, Independent Petroleum Group et Coral Energy DMCC.

En contrepartie de ce carburant irakien, le Liban s’est engagé à ouvrir un compte en dollar auprès de la Banque centrale libanaise. Les sommes versées pourront permettre aux autorités irakiennes d’acheter des biens et services au Liban sans sortie de devise du Pays.

Une première cargaison devrait ainsi parvenir d’ici le 3 à 5 septembre, avec pour objectif d’alléger quelque peu la pénurie d’électricité qui touche le Pays des Cèdres. Cependant, cette procédure ne pourra régler tout le problème, le Liban nécessitant un apport de fioul de 3 millions de tonnes pour pouvoir faire fonctionner ses centrales à plein régime et ainsi produire seulement 2000 MW sur les 3000 MW demandés. Il s’agirait donc également de trouver un apport de 2 millions de tonnes supplémentaires afin de retrouver le régime de rationnement précédent à la crise actuelle.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Հայերեն