Le ministre par intérim de l’Education et proche de l’ancien premier ministre Saad Hariri, Hassan Mneimneh a estimé que le retard pris dans la formation du prochain gouvernement est à imputer aux divergences au sein même de la nouvelle majorité et au niveau des pays les soutenant.

Hassan Mneimneh a réitéré son attachement à la participation pourtant refusée par ses alliés, de la coalition sortante du 14 Mars, estimant qu’un « cabinet monochrome » ne sera pas productif. Le ministre sortant a cependant estimé que « Le 14 mars sera une opposition qui agira d’une façon démocrate paisible jusqu’à l’échec du cabinet »

Concluant sur une possible participation du député de Beyrouth Tamam Salam, Hassan Mneimneh a indiqué que la représentation sunnite de la capitale libanaise sera confiée à des personnes neutres.