Invitation exposition DAVID DAOUD Galerie Terrain Vagh Exposition 18 au 31 juillet 2021

12

La galerie Terrain Vagh célèbre sa rencontre avec l’artiste peintre franco-libanais David Daoud qui vient de participer à l’exposition « Beyrouth ». Une exposition qui fut un beau succès auprès du public, des critiques d’art et des médias !
En présence de David Daoud dont la notoriété ne cesse de croître pour la beauté et la singularité de son œuvre, la galerie présente une sélection de ses œuvres récentes pour la saison estivale.

Dans la peinture de David Daoud les formes figuratives se libèrent dans l’abstraction avec sobriété. Le peintre nous invite à les observer. Elles semblent dire l’invisible par leurs mouvements et exprimer la complexité des émotions et des rêves du peintre ? « Peindre me permet de donner une âme aux choses » nous dit David. Au centre de toiles immenses, en lien avec la gestuelle de silhouettes humaines, les personnages semblent ivres de couleurs tantôt lumineuses, tantôt mélancoliques dans l’errance de l’espace. Les couleurs jouent en silence entre l’ombre et de la lumière, en écho à une nature épanouie et intemporelle, merveilleusement peinte, pour une histoire à découvrir et aimer.  

DAVID DAOUD

Les paysages du Liban prennent vie dans les toiles de David Daoud. « Chemin des cèdres », le tableau qu’il présente dans l’exposition « Beyrouth » immortalise les cèdres de la montagne parée par la nature généreuse, dans laquelle, il puise son inspiration. Ses compositions font écho à une quête d’amour, que nous partageons avec lui, par la grâce de son regard de peintre. Ses thèmes de prédilection sont le rapport au temps dans l’exil, le voyage, l’éloignement, la nostalgie, l’absence et l’éternité. David Daoud a su toucher un public large et internationale. Exposé régulièrement au Liban depuis 2012, son talent très vite reconnu lui vaut de nombreux prix. Il est le lauréat du Prix Frédéric de Carfort de la Fondation de France en 2013. En septembre 2020, il reçoit « le Prix de l’Ermitage » de la fondation dirigée par Martine Boulart, lors d’une cérémonie à l’Institut du monde arabe à Paris qui intégrera deux de ses œuvres dans la collection permanente de son musée. Tissant des liens entre musique et peinture, David Daoud illustre également, l’album du célèbre musicien et compositeur Ibrahim Maalouf.
F.Guemiah

David Daoud conteur de l’universel apprécié de par le monde

« Les peintures de David Daoud, enfiévrées et nocturnales, creusent leur dur sillon, où les plus humbles, les anonymes et les lointains ont droit de cité, fussent-ils égarés et fantomatiques, noyés dans la nostalgie d’une lumière qui fut.

Des pénitents d’outre-monde ont traversé l’abîme, et des traces humaines tressaillent dans la nuit. Ce sont des esquisses d’être. Des possibilités d’avenir. De frêles voiles de couleurs, valeurs éphémères et passantes, bouleversent l’obscurité, et ces éclairs ténus éblouissent l’étendue. La base de l’œuvre est subtilement graphique, quand même s’avancent, en pure peinture, des teintes brunes, mordorées ou d’un bleu-gris équivoque et ouaté. David Daoud, est l’artiste qui sait faire vibrer les ténèbres, il pratique un « art extrême et poignant ».  

Christian Noorbergen., Critique d’art 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español