Le Parlement Libanais a approuvé le déblocage de 200 millions de dollars d’avance à l’Electricité du Liban, cela afin de financer l’achat de fioul nécessaire au fonctionnement des centrales de production d’électricité publique.

Réuni ce lundi 29 mars au palais de l’Unesco en raison des circonstances induites par le Coronavirus COVID19, le Président de la Chambre, Nabih Berri avait précédemment répondu à la demande du premier ministre sortant Hassan Diab qui l’avait interpellé pour préciser les pouvoirs attribués au gouvernement sortant. Il a ainsi indiqué que “s’il s’agit de changer la constitution, cela ne se fera pas”, avant d’appeler à la formation d’un gouvernement d’ici 2 mois. Le Liban pourrait être en danger, le cas échéant, estime-t-il, le comparant au Titanic.

Le Président de la commission parlementaire des finances et du budget avait précédemment estimé que le gouvernement sortant devait poursuivre sa mission et se réunir de manière exceptionnelle pour prendre des décisions liées au budget et à la rationalisation des subventions publiques. Ibrahim Kanaan a ainsi précisé que le programme de subvention couterait jusqu’à 11 milliards annuellement au Liban et que cette politique aurait dû être modifiée depuis longtemps.

Abordant la question des subventions à l’EDL, il estime l’avance actuelle comme solution temporaire “ou nous serons livrés à l’obscurité et les hôpitaux et institutions fermées.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.