Le 1er juin 2021, la Délégation de l’Union européenne au Liban a récompensé les lauréats de la 16e édition du Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse, en partenariat avec la Fondation Samir Kassir. Les résultats ont été annoncés lors d’une émission spéciale diffusée sur la chaîne LBCI. Le Prix Samir Kassir, établi et financé par l’Union européenne, est à la fois l’événement phare annuel de la liberté de la presse et le prix de journalisme le plus prestigieux en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et dans les pays du Golfe. La cérémonie de remise du Prix est organisée chaque année pour commémorer l’assassinat du journaliste libanais Samir Kassir le 2 juin 2005 à Beyrouth et célébrer sa vie, ses valeurs et sa mémoire.

La liberté de la presse a fait face, cette année, à de nombreux défis, parmi lesquelles les assassinats de journalistes et d’intellectuels, des attaques contre les médias et la détention de nombreux journalistes. Le Prix souligne l’engagement de l’Union européenne en faveur d’un journaliste indépendant, de grande qualité, comme un des principaux facteurs contribuant à l’édification d’institutions publiques fortes, ouvertes et transparentes.

Le Prix Samir Kassir récompense les journalistes pour la qualité de leur travail et leur engagement en faveur de la démocratie et des droits de l’homme. Cette année, 206 journalistes d’Algérie, du Bahreïn, d’Égypte, d’Irak, de Jordanie, du Liban, de Libye, du Maroc, de Palestine, de Syrie, de Tunisie et du Yémen ont participé au concours. La catégorie « Article d’opinion » comptait 66 candidats, la catégorie « Article d’investigation » 88 et la catégorie « Reportage audiovisuel d’information » 52. Dans chaque catégorie, le gagnant reçoit une récompense de 10 000 €. Les deux finalistes de chaque catégorie reçoivent chacun 1 000 €. 

Les lauréats de la 16e édition sont :

– Catégorie « Article d’opinion » : Yehya Al-Yaquobi, journaliste palestinien né en 1989 et habitant à Gaza. Son article « Iyad Al-Hallak, le George Floyd palestinien » a été publié le 1er mars 2021 dans Quds News Network. Il relate l’histoire d’un étudiant palestinien atteint d’autisme, tué à un checkpoint israélien à Jérusalem et la relaxe des soldats responsables de sa mort.

– Catégorie « Article d’investigation » : Sultan Jalabi, chercheur et journaliste d’investigation syrien né en 1985. Son article « Le marché de la détention », publié dans Syria Untold le 16 avril 2020 décrit l’expérience de 100 familles de détenus dans les geôles du régime syrien avec un réseau complexe de transactions financières au sein du système pénitentiaire, des services de sécurité et de la justice. 

– Catégorie « Reportage audiovisuel d’information » : Pour la première fois depuis la création duPrix, deux candidatures se sont partagé la victoire. Le Prix a été décerné conjointement au reportage des deux journalistes égyptiennes, Hoda Zakaria, née en 1990, et Mennatullah Hamdy, née en 1971, intitulée « Le combat de mademoiselle Farida » et au reportage du journaliste tunisien Hammadi Lassoued, né en 1992, intitulé « Asrar Ben Jouira ». Le reportage de Hoda et Mennatullah était publié dans le journal Youm7 le 8 janvier 2021 et présente Farida Ramadan, une institutrice égyptienne transgenre et les difficultés auxquelles elle fait face au sein de sa famille, sur le marché du travail et dans la société égyptienne au sens large. Le reportage de Hammadi a été diffusé sur Nawaat.org le 5 février 2021 et suit l’engagement d’Asrar Ben Jouira, une figure du mouvement féministe tunisien et militante des droits de l’homme, des droits de la femme et du droit à la justice, l’égalité et l’inclusion.

L’Ambassadeur de l’Union européenne au Liban Ralph Tarraf a déclaré : « L’indépendance de la justice est cruciale pour protéger les libertés. Une justice forte et indépendante peut poursuivre les affaires d’intimidation, d’harcèlement et de violence. La liberté de la presse est tout aussi essentielle. C’est la pierre angulaire de toute démocratie. À travers le Prix Samir, nous soutenons les journalistes indépendants qui exposent les violations et défendent la liberté d’expression et d’opinion ».

De son côté, Malek Mrowa, Vice-Président de la Fondation Samir Kassir a affirmé que les journalistes bénéficieront réellement de la protection qu’ils méritent le jour où les régimes de la région accepteront le pluralisme d’opinion et « où les personnes responsables des crimes contre les journalistes seront traduites en justice ». Il a rendu hommage au courage des candidats au Prix Samir Kassir qui choisissent des sujets souvent ignorés. Et d’ajouter : « Le fait que 70% des finalistes soient des femmes est également une source d’espoir pour l’égalité des genres et pour le futur du journalisme dans la région ».

Comme tous les ans, un jury indépendant a départagé les candidats. Il était composé de sept professionnels des médias, universitaires et défenseurs des droits de l’homme d’Europe et du Moyen-Orient : Matthew Caruana Galizia (Malte), journaliste d’investigation et fondateur de la Fondation Daphné Caruana Galizia, portant le nom de sa mère, elle-même journaliste d’investigation assassinée à Malte en 2017 ; Kim Ghattas (Liban), grand reporter, présidente du conseil d’administration du réseau arabe de reporters d’investigation et représentante de la Fondation Samir Kassir auprès du jury ; Jesper Højberg (Danemark), directeur exécutif de l’ONG International Media Support ; Shada Islam (Belgique), auteure et consultante en poliques publiques et communication, professeure au Collège d’Europe ; Mohamed Yassine Jelassi (Tunisia), président du Syndicat national des journalistes tunisiens ; Daoud Kuttab (Palestine), directeur général de Community Media Network et vice-président de l’Institut international de la presse ; et Amira Al-Sharif (Yémen), photojournaliste lauréate de prix internationaux.

Pour la deuxième année consécutive, un Prix des étudiants a été décerné. 23 étudiants algériens, libanais, tunisiens et yéménites ont eu accès aux candidatures des finalistes et la chance d’interagir virtuellement avec les candidats et de débattre du contenu de leurs articles et reportages. Suite au débat, les étudiants ont voté pour le journaliste palestinien Yehya Al-Yaqoubi, pour le même article qui lui a valu le Prix Samir Kassir dans la catégorie « Article d’opinion ».

Toutes les informations sur l’édition 2021 du Prix Samir Kassir, les articles et le reportage audiovisuel, ainsi que les biographies, articles et reportages des lauréats depuis le lancement du Prix en 2006 sont disponibles sur le site Internet : www.prixsamirkassir.org.

La cérémonie télévisée était animée par la présentatrice libanaise Nicole Hajal et suivie par des milliers de téléspectateurs au Liban et dans la région, à travers les chaînes locales et satellitaires de LBCI et sur les comptes du Prix Samir Kassir sur les réseaux sociaux.

Suivez le Prix Samir Kassir sur les réseaux sociaux : @SamirKassirAward sur Facebook et Instagram.

Suivez l’Union européenne au Liban (@EUinLebanon) sur TwitterFacebookInstagram et YouTube.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español