En collaboration avec Etel Adnan et Fouad Elkoury, Avec la participation d’Alain Fleischer – Le Fresnoy et Soundwalk Collective, En hommage à Paul Virilio

Le pavillon libanais à la 17e exposition internationale d’architecture – La Biennale di Venezia, organisée par Hala Wardé, l’architecte et fondatrice de HW Architecture, qui a réalisé le Louvre Abu Dhabi avec Jean Nouvel, est heureuse d’annoncer son ouverture au Magazzini del Sale le 22 mai.

Un Instagram en direct visite with Hala Wardé aura lieu le vendredi 21 mai de 14h à 15h, heure de Beyrouth @aroofforsilence

Sélectionné lors du premier concours public lancé par les autorités libanaises pour représenter le Liban, le projet de Hala Wardé a été choisi par un comité d’experts nommé par le ministère de la Culture et la Fédération des ingénieurs et architectes libanais, présidé par Jad Tabet.

«Le pavillon libanais de la 17e Biennale d’architecture de Venise est l’aboutissement d’un long voyage, marqué notamment par le paradoxe et l’incertitude. Avec le soulèvement de la jeunesse libanaise, qui s’est répandu dans tout le pays, le thème de la Biennale «Comment allons-nous vivre ensemble» a pris un nouveau sens. La métaphore du toit qui abrite tout le monde, tout en évitant que l’expression de la pluralité d’appartenance aboutisse à la cacophonie, cette métaphore est devenue encore plus pertinente.

Face à la tragédie qui nous a frappés, laissant derrière eux des centaines de morts et de disparus, des milliers de blessés et des dizaines de milliers de déplacés, nous devons absolument exiger le droit au silence et au souvenir sous un toit protecteur.

Jad Tabet

En écho à la question “Comment allons-nous vivre ensemble? » tel que soulevé par Hashim Sarkis, commissaire de cette 17e exposition internationale d’architecture – La Biennale di Venezia, Hala Wardé aborde la question de la coexistence à travers une interrogation des espaces de silence, en mettant en dialogue architecture, peinture, musique, poésie, vidéo et photographie .

«Pourquoi ne pas penser les lieux en fonction de leur potentiel en tant que vides plutôt qu’en tant que solides? Comment lutter contre la peur du vide en architecture? Comment imaginer des formes qui génèrent des lieux de silence et de contemplation? »

Hala Wardé

Le pavillon libanais est conçu comme une feuille de musique, trouvant une résonance entre les disciplines, les formes et les périodes pour provoquer l’expérience sensorielle d’une pensée, articulée autour des notions de vide et de silence, comme conditions temporelles et spatiales de l’architecture.

Développé comme un manifeste pour une nouvelle forme d’architecture, le projet de Hala Wardé est basé sur les formes cryptiques d’un groupe de seize oliviers vieux de mille ans au Liban. Ces arbres légendaires, dont les creux abritent diverses espèces, sont la figure tutélaire du pavillon libanais. Ce sont des lieux de recueillement ou de rassemblement, où les paysans se réunissent depuis des générations pour décider des affaires du village ou pour célébrer des mariages.

– – –

L’agencement architectural du pavillon libanais est intégré dans l’espace du Magazzino del Sale suivant une géométrie et un rythme rigoureux. Il se déroule en quatre étapes:

Sur un mur d’introduction, les Antiforms de Paul Virilio, une exploration de l’espace et de la matière absente, sont confrontés à des enregistrements photogrammétriques d’arbres millénaires et des tirages photographiques en noir et blanc d’oliviers au Liban par le photographe libanais Fouad Elkoury.

Au sol, une traînée de verre. Empreintes ou traces fractales de formes diverses: celle de l’impact de l’explosion de Beyrouth en août 2020, forme de vide qui rejoint celle des Antiformes ou les impressions graphiques à grande échelle des cavités des arbres.

Au fur et à mesure que les visiteurs se déplacent dans l’exposition, ils sont conduits à une projection en triptyque de 16 oliviers du Liban vieux de mille ans. Tournés dans l’obscurité de la nuit par Alain Fleischer, cinéaste, photographe et plasticien, ces oliviers offrent une expérience sensorielle de vide et de lumière, accompagnée d’une création musicale des artistes sonores Soundwalk Collective.

En parcourant ces images, les visiteurs sont conduits dans la salle centrale: un plan octogonal, mais avec un espace intérieur cylindrique, où sont exposées les 16 toiles du poème en peinture d’Etel Adnan Olivéa: Hommage à la déesse de l’olivier . L’artiste ne montre pas un olivier en particulier mais plutôt le sentiment inspiré par cet arbre légendaire qui a accompagné les civilisations méditerranéennes. Couronné d’un toit semi-sphérique bordé de lumière, cet espace incarne la possibilité d’un lieu «essentiel»: un toit pour le silence.

Hala Wardé

Née au Liban en 1965, Hala Wardé a suivi une formation d’architecte à l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris où elle a étudié avec Paul Virilio, Bernard Tschumi et Jean Nouvel, avec qui elle a travaillé pendant plus de 20 ans. En 2008, elle crée HW architecture, son propre cabinet d’architecture, et poursuit sa collaboration avec les Ateliers Jean Nouvel dans le cadre d’un partenariat privilégié. Hala Wardé était en charge du projet de bureau et de vente au détail One New Change à Londres, livré en 2010, et du musée emblématique du Louvre Abu Dhabi qu’elle a dirigé de sa création en 2006 à sa livraison en 2017. En 2016, Hala Wardé a remporté le concours d’architecture du BeMA (Beirut Museum of Art), futur musée emblématique de la capitale libanaise. En 2018, son atelier a été sélectionné pour concevoir «Le Mirabeau» dans le quartier maritime de Marseille, actuellement en construction. En 2019, elle remporte avec Jean Nouvel le concours du complexe Sharaan situé à proximité du site historique d’Al Ula en Arabie Saoudite. En parallèle, Hala Wardé collabore régulièrement avec des artistes, pour des interventions in situ en relation avec les environnements bâtis, comme Guiseppe Penone, Nan Goldin ou Etel Adnan.

Le commissaire:

Jad Tabet

Architecte et commissaire:

Hala Wardé

Œuvres exposées:

Antiformes Paul Virilio, huile sur toile, 1961

Hommage à la Déesse Olivéa Etel Adnan, huile sur toile, 2019

Les oliviers de Bchaaleh Fouad Elkoury, photographies, 2020

Métamorphoses Hala Wardé et Jeremy Maxwell Wintrebert, 2021

Les oliviers, piliers du temps Alain Fleischer, film 8 ‘, 2020

Falling into time Collectif Soundwalk, composition musicale, 2020

Magazzini del Sale, architecte Alvise Pigazzi, 15e siècle

Informations pratiques:

Pavillon libanais

17 e Exposition internationale d’architecture – La Biennale di Venezia

Maggazino del Sale 5 (Zattere)

Dorsoduro, 262, 30123 Venezia

22 nd Le 21 mai st Novembre 2021

Horaires d’ouvertures:

22 mai – 31 juillet

De 11 h 00 à 19 h 00

Dernière entrée: 18h45

1er août> 21 novembre

De 10 h 00 à 18 h 00

Dernière entrée: 17h45

Fermé le lundi (sauf les 24 mai, 6 septembre, 1er novembre)

@aroofforsilence

aroofforsilence.com

Contacts presse:

Liban

Communication MIRROS

Joumana Rizk

[email protected]

+961 3 29 83 83

International

Brunswick Arts

[email protected]

Annabelle Türkis +33 (0) 6 11 22 37 94

Afonso Oliveira +33 (0) 7 78 30 14 31

Noorhan Barakat +971 56 9940828

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español