Les 3 anciens Présidents de la République, Michel Sleiman, Emile Lahoud et Amine Gemayel
Les 3 anciens Présidents de la République, Michel Sleiman, Emile Lahoud et Amine Gemayel

Les anciens Présidents de la République ont fait part de leurs réponses par rapport à leur possible participation au sommet de Baabda, prévu le 25 juin prochain.

L’ancien Président de la République Emile Lahoud s’est excusé pour son absence au sommet, tout en annonçant son soutien au Président de la République actuel, le Général Michel Aoun. Il a motivé sa décision en indiquant ne pas souhaiter voir certaines personnes qu’il accuse être à l’origine de la crise économique actuelle.

Son successeur, Michel Sleiman a, de son côté annoncé sa participation au sommet de Baabda.

L’ancien Président Amine Gemayel a indiqué son soutien aux institutions publiques et notamment à la Présidence de la République et au dialogue national. Il a cependant estimé que l’invitation, telle que présentée, ne montre pas le danger existentiel pesant sur le Liban, les risques internes et régionaux, de la confiscation de la souveraineté et de la décision de l’État, ce qu’il considère être les priorités pour protéger la stabilité et la paix civile.

Il invite donc le Président de la République à reporter la réunion afin de prendre en compte ces priorités et “préserver la souveraineté du Liban, son tissu unique, son rôle de pionnier et ses relations arabes et internationales. ” 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.