Tant qu’il y aura au Liban des gens qui fêtent le 13 octobre au lieu de pleurer les martyrs et de demander où sont passés les soldats disparus des différents fronts attaqués par l’armée syrienne,

Tant qu’il y aura des personnes qui te diront que le chef du plus grand bloc parlementaire s’est évertué depuis des lustres pour fournir l’électricité 24 sur 24 mais les autres partis ne lui ont pas permis d’achever ses multiples exploits,

Tant qu’il y aura des quidams convaincus que Rafic Hariri a volé mais que lui au moins, a fait des projets tangibles pour reconstruire le pays alors que les autres ont volé mais n’ont rien fait,

Tant qu’il y aura des individus sûrs et certains que leur parti chrétien est le seul à avoir des martyrs ayant défendu la « cause chrétienne » et qu’ils sont persuadés que leur parti n’est impliqué dans aucun dossier de corruption, et fustigent férocement toute personne qui les critique,

Tant qu’il y aura des énergumènes prêts à tabasser toute personne qui oserait dire que leur chef à la tête du Parlement est un brigand et un larron

Tant qu’il y aura des ostrogoths se croyant au-dessus de la population parce qu’ils n’ont aucun problème à sacrifier leurs descendances pour des idéaux étrangers à la notion et la nation libanaise,

Tant qu’il y a des zélés qui se cachent derrière leur saltimbanque de zaïm qui régit mille et un secteurs et fait le pitre afin de cacher le dessous de ses cartes,

Tant qu’il y aura des exaltés qui lèveront un drapeau autre que le drapeau libanais, qui chanteront un hymne autre que l’hymne national, qui portent aux nues leur chef de file qui devient beaucoup plus important que le pays, le bon sens et la dignité,

Tant que les leaders des communautés confessionnelles joueront sur la corde sectaire et que des moutons de panurge suivront,

Le Liban ne pourra jamais se remettre sur ses pieds.

Les 18 confessions du pays des cèdres, lorsqu’elles sont dégradées au niveau de la gestion partisane du pays, elles s’alourdissent et deviennent des fardeaux, formant les 18 clous plantés dans le cercueil de la patrie. Immiscer la religion et la vie politique est la plus grosse erreur que le peuple libanais ait commis depuis la création de la notion moderne du Liban, une erreur que l’on a payée tant de fois à prix de sang et de désespoir. Une fois déchargées de cette infâme mission, ces 18 clous quittent le coffin qui n’a plus raison d’être, et se transforment en plumes qui rejoignent chacune le monde éthéré de la spiritualité où elles sont censées initialement être, et libèrent ainsi le pays de son avenir macabre et fatidique.

Tant que le Libanais et la Libanaise ne réalisent pas que le plus grand danger est l’effort titanesque fourni par les partis sectaires afin de les plonger dans le marécage de la corruption, du favoritisme et du clientélisme, et ceci pour empêcher d’être pleinement un Citoyen et une Citoyenne dans un État de droits, où seule la Loi définit leurs droits et leurs devoirs,

Le Liban ne pourra jamais se remettre sur ses pieds, et ne tardera pas à rendre son dernier souffle.

Réveillez-vous, avant qu’il ne soit beaucoup trop tard…

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais dont elle est actuellement présidente. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/

Comments are closed.