Tension entre chiites et sunnites après l’assassinat d’un membre supposé du Hezbollah lors d’un mariage

400

Un cadre supposédu Hezbllah, Ali Chebli a été assassiné lors d’un mariage dans la ville de Jiyeh au Sud du Liban. Ce dernier aurait été impliqué dans la mort de Hassan Zaher Ghosn, 14 ans et membre d’une tribu arabe résidante dans la ville de Khaldeh lors d’un incident l’année dernière.

Pour rappel, des incidents avaient opposé le clan sunnite de la famille Ghosn à des chiites et notamment des membres du Hezbollah lors de la commémoration de la Ashoura, le 27 août 2020 après que le cheikh Omar Ghosn avait fait arracher des banderoles de l’Iman Hussein. Ces incidents avaient alors rapidement dégénérés en fusillade et même en tirs de RPG et un centre commercial appartenant à Ali Chebli incendié. Cette même nuit, le domicile d’Ali Chebli avait également été visée par une roquette. Pour sa part, le mouvement chiite avait réfuté avoir participé à ces incidents.
Certaines sources sécuritaires avaient également accusé à l’époque le cheikh Omar Ghosn, un chef religieux salafiste d’avoir tenté de prendre la suite du Cheikh Ahmad Assir. Il aurait également été impliqué dans des transferts de combattants vers la Syrie et avait d’ailleurs été impliqué dans un attentat kamikaze visant la banlieue Sud de Beyrouth en 2014, amenant à une brève incarcération et menaçant alors de prendre les armes face au Hezbollah.

Ce dimanche, l’armée libanaise a renforcé son dispositif autour de la localité de Khaldeh pour éviter tout nouvel incident alors que la familel Ghosn menace toute personne impliquée dans la mort de Hassan Ghosn si la justice libanaise n’agit pas pour les identifier et les punir et indique remettre la personne à l’origine des tirs, qui aurait été idenfié comme étant Ahmed Zaher Ghosn, le frère de Hassan Ghosn aux autorités judiciaires compétentes.

La famille Ghosn et le reste des clans arabes, restent abasourdis et rejettent ce qui s’est passé, mais ils voient que ce qui est arrivé au soi-disant Ali Shibli aux mains du frère du martyr Hassan Ghosn pourrait avoir été évité, si l’autorité de fait qui le protégeait l’avait remis à la justice compétente avant qu’il n’y ait des représailles à son encontre (…) La famille Ghosn place son fils sous la garde des services de sécurité, satisfaite et satisfaite de l’état de droit
La mère de Hassan Ghosn
Tweet

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español